Archives pour la catégorie Débat

Des femmes aux élections en Arabie Saoudite : espoir ou trompe-l’oeil ?

Comme tous nos médias, Francetvinfo tente d’évaluer la portée réelle de cette nouvelle :

Pour la première fois, les Saoudiennes peuvent non seulement se rendre aux urnes, mais aussi se présenter à une élection. Difficile, pourtant, de parler d’une grande avancée.

Les résultats : 14 femmes élues

 

L’éclairage du MONDE

avec Stéphane Lacroix, professeur spécialisé / ITW Jean-Guillaume Santi

http://www.lemonde.fr/proche-orient/video/2015/12/12/pourquoi-l-arabie-saoudite-autorise-les-femmes-a-voter_4830399_3218.html

Votre Avis :

 

« La vie d’Adèle », le visa annulé, la ministre fait appel

La justice avait été saisie par l’association Promouvoir, cofondée par l’avocat André Bonnet et proche des milieux catholiques traditionalistes, qui revendique 350 adhérents. Elle estimait que le film aurait dû être interdit aux moins de 18 ans. Promouvoir avait été déboutée en première instance en septembre 2014 de sa demande d’annulation du visa d’exploitation du film. Elle a fait part mercredi de sa « grande satisfaction », soulignant que ses « actions reposent sur une révolte contre des images choquantes, violentes ou pornographiques ».

Rencontre-débat ODI : Journalistes, pourquoi on ne les aime plus ?

L’intitulé est un peu provocateur : Journalistes, Pourquoi vous ne les aimez plus ?

Ce n’est pas exactement ce que dit le dernier Baromètre TNS SOFRES pour LA CROIX, un repère un peu ancien puisqu’il remonte à janvier 2015 et qu’il a passé depuis beaucoup d’infos sous les ponts !

 

alfa Layout

Au terme de ce baromètre, l’opinion sur la restitution de l’information est plutôt satisfaisante : 58 % des interrogés ( en face à face sur un échantillon national représentatif de 1052 personnes 8 au 12 janvier 2015)

En revanche, les lecteurs-auditeurs-téléspectateurs-internautes doutent fortement de l’indépendance des journalistes et de leurs médias. ( 58% de NON vis à vis des pouvoirs politiques / 53 % de NON face au pouvoir de l’argent.)

Rencontre-debat ODI Bx 5 0 du 26 novembre 2015

Ces résultats chiffrés méritent d’être détaillés, nuancés, confrontés à la sagacité du public.

Pourquoi cette crise de confiance ? Est-elle récente ? Dans quel contexte, ce défi : trop plein d’information ? Abondance de mauvaises nouvelles ? Mutation technique et économique ? Consommation sur de nouveaux outils mobiles ? Confusion des genres info-talk-buzz ?

Le débat mérite un vrai face à face du public avec les journalistes.

C’est ce que propose l’ODI ( Observatoire de la déontologie de l’information) section de Bordeaux 5.0, ce jeudi 26 novembre.

Venez donner votre avis, échanger avec ceux qui font l’information près de chez vous !

Médiactuelles vous transmet l’invitation

 

Au plaisir de vous voir à La Bibliothèque Municipale de Bordeaux

dans le cadre de l’Exposition  » la face cachée de la Une » !

 

Merci à tous.

Télécharger :  Baromètre TNS Sofres janvier 2015, Confiance des français dans leurs médias et leurs journalistes

 

 

Trois questions à …

…Brigitte Proucelle

A l’issue du premier débat de Médiactuelles, le 10 novembre dernier à Sud Ouest, les étudiants en journalisme à l’IJBA ont réalisé divers travaux, vidéo, interview.

Nous les publions avec plaisir.

 

 Image 8

« Avoir des femmes à certains postes est une garantie d’efficacité »

 

 

Vous êtes directrice générale des affaires culturelles et directrice générale adjointe des services de la mairie de Bordeaux. Que faites-vous pour promouvoir le leadership des femmes au sein de la culture ?

 

Quand je suis arrivée, il y avait beaucoup d’hommes qui avaient du mal avec le fait d’être dirigés par une femme. Il a fallu du temps pour leur faire comprendre que ma qualité de femme ne changeait en rien ma manière de diriger. Ils la considéraient rigide venant de ma part alors qu’elle leur paraissait normale venant d’un homme.

Je suis volontairement allée chercher les femmes les plus performantes pour travailler dans mon équipe. Avoir des femmes à certains postes est une garantie d’efficacité. Lors des réunions, je remarque bien que, sur la façon de creuser une problématique ou un dossier, les hommes sont plus légers. Ils vont moins en profondeur.

 

Quelle place donnez-vous aux femmes artistes à Bordeaux ? Essayez-vous de mettre en place une certaine parité ?

Longtemps les femmes ont été interdites de création. Elles ne pouvaient pas accéder à l’art.

Les choses ont beaucoup changé aux XXe et XXIe siècles.

A Bordeaux, les artistes femmes comptent beaucoup : Catherine Marnas à la tête du TNBA, Laure Terrier en danse, Sabine Delcourt pour la photographie, Rusta Luna en art plastique, etc. Il y a une pléthore de femmes artistes et il n’y a désormais plus aucune différence avec les hommes. Enfin presque. Il y en a quand même quelques unes entre les hommes et les femmes des arts de la scène qui sont en intermittence. Ce statut discrimine énormément les femmes notamment au moment des grossesses. Ça c’est un vrai problème et c’est l’État qui l’induit. C’est à lui d’avancer sur cette question là.

Il y a aussi certaines formes d’art qui restent très masculine comme le street art… 

C’est vrai. L’investissement du corps dans l’espace public est quelque chose de primordial. Les hommes arrivent avec leurs bombes et investissent physiquement l’espace pour faire leurs graffs. Je vais vous donner un exemple. En amenant mon fils de 11 ans au skate parc, j’ai vu un dimanche matin arriver une très jeune fille qui glissait merveilleusement bien. Les garçons tournaient autour. Petit à petit ils l’ont asphyxiée physiquement. Inconsciemment ou consciemment, je ne sais pas. Elle ne pouvait plus avancer et elle est partie. Il se passe la même chose dans le Street art.

Tout cela s’explique d’abord par l’éducation. J’ai une fille et un garçon et c’est un long travail que d’expliquer à l’un et à l’autre l’égalité des sexes. Ni l’un ni l’autre ne doit empiéter sur l’espace de l’autre.

Propos recueillis par Manon Derdevet et Audrey Dumain

Brigitte Proucelle est l’intervenante présente à la gauche de Marie Christine Lipani ( photo Thierry David, Sud ouest)

Quand les femmes sont aux commandes…Rencontre avec des femmes de conviction

images

Pour sa soirée de lancement, le 10 novembre dernier, en partenariat avec le quotidien régional Sud Ouest, Médiactuelles-Les Ateliers de l’égalité a choisi de mettre l’accent sur l’accès des femmes à des postes de direction au sein des entreprises et des organisations.

Pour aborder cette thématique précise, nous avions réuni des femmes au parcours étonnant, issues de différents univers professionnels. Pour nous, la visibilité des femmes participe également à la diffusion d’une culture commune de l’égalité professionnelle et Médiactuelles a donc souhaité valoriser des modèles féminins de réussite professionnelle. L’esprit de cette soirée était d’affirmer et de démontrer qu’une meilleure reconnaissance des talents de chacun, qu’un meilleur équilibre des compétences et le croisement des regards, notamment au sein des organisations professionnelles, constituent une source créatrice de succès pour une société qui profite aux femmes comme aux hommes.

Une nouvelle exigence du leadership Lire la suite Quand les femmes sont aux commandes…Rencontre avec des femmes de conviction

Quand les femmes sont aux commandes : Mission accomplie !

Le premier débat organisé par Médiactuelles a eu lieu ce mardi 10 novembre dans l’espace studio de Sud Ouest, Quai de Queyries.

« Quand les femmes sont aux commandes » comment exercent-elles leur autorité, leur leadership ? Où en est on dans leurs entreprises ? Mixité, parité, égalité ?

En plateau, sept femmes de pouvoir* représentant un échantillon d’activités des plus varié, presse écrite, télévision, laboratoire médical, gendarmerie, administration municipale, haute technologie, logement social.

Image 8

Des expériences très différentes, par le recrutement, les effectifs dirigés, la culture d’entreprise et cependant des constats assez proches.

Martine Griffon-Fouco, Dr Isabelle, Cathy Debray, Sigrid, Commandant Christine Bouffière, Brigitte Proucelle et trois Médactuelles, au centre Marie Christiane Lipani, à droite photo Florence Bord, à gauche Marie Christiane Courtioux
Martine Griffon-Fouco, Dr Isabelle Fischer Deguine, Cathy Debray, Sigrid Monnier, Commandant Christine Bouffière, Brigitte Proucelle et trois Médactuelles, au centre Marie Christiane Lipani, à droite photo Florence Bord, à gauche Marie Christiane Courtioux. Elles seront rejointes par Claire Combes (Crédit Stéphane Lartigue SO).

L’entreprise et le public qu’elle sert a encore un regard très convenu, très masculin, et au total respectueux de la compétence.

Dans le public, autant d'
Dans le public, autant d' »expertes » qu’en plateau ! (Crédit Thierry David  SO)

Lire l’article de Valérie Deymes pour Sud Ouest :

SUD OUEST 11 nov Femmes et pouvoir p 12SUD OUEST 11 nov Femmes et pouvoir p 13

« le texte de Valérie Deymes :

  Quand les femmes sont aux commandes, comment assoient-elles leur leadership et leur autorité ? Poser la question serait peut-être déjà identifier qu’elle ne coule pas de source. Une question que la toute jeune association girondine, Médiactuelles-les ateliers de l’égalité, a soumise, hier soir, dans les locaux de « Sud Ouest », à sept femmes dirigeantes.

Une soirée animée par Marie-Christine Lipani, chercheuse, directrice adjointe de l’Ijba (Institut de

journalisme de Bordeaux) et membre de Médiactuelles.

Une soirée tournée vers le débat et l’échange mais aussi vers la « mise en lumière » de réussites professionnelles

au féminin. Car l’ambition de Médiactuelles est bel et bien de se positionner comme média (1) et plateforme d’échanges pour valoriser les compétences et talents des femmes dans le monde de l’entreprise. Ici, on range les couteaux de la vieille guerre des sexes et les arguments ultra-féministes pour transmettre…une ou plutôt les expériences des sept invitées.

Bon alors, c’est facile de diriger des équipes quand on est une femme (parfois des équipes à majorité masculine) ?

« Il faut du courage et de la ténacité », (Dr Deguine, PDG de Bioffice), « sans pour autant neutraliser son genre » (Christine Bouffière, commandant de gendarmerie). « Être nommée à un poste, c’est avoir un permis de conduire, à nous ensuite de tracer la route » (Catherine Debray, rédactrice en chef adjointe, directrice de la Gironde à « Sud

Ouest »). « Il faut apprendre à écouter » (Sigrid Monnier, directrice générale de Gironde-Habitat) et ce, avec un impératif : « Rester soi-même et ne pas aller au-delà de ce qu’on est » (Martine Griffon-Fouco, vice-président exécutive Akka Technologies).

Le mal nécessaire

Après, chaque femme dirigeante a ses méthodes et celle de Brigitte Proucelle, directrice générale des affaires culturelles de la Ville de Bordeaux, est assez originale : « Lorsque je fais passer des entretiens à des hommes, je leur pose les questions auxquelles j’ai eu droit par le passé, notamment sur les tâches ménagè-

res à la maison et l’acceptation deleur investissement par leur conjoint.»

Mais on ne va pas se mentir, toutes ces femmes ont eu droit à un moment donné aux préjugés et à quelques vieux réflexes misogynes sans parler du fameux plafond de verre auquel elles continuent de se cogner. Pas partout : « À France 3 Aquitaine, égalité professionnelle et parité sont des objectifs clairs et très suivis », souligne Claire Combes, déléguée régionale. « Au point parfois de tomber dans l’excès inverse… » Alors faut-il des quotas ? « C’est un mal nécessaire pour que les générations futures s’habituent peu à peu à cette prise de responsabilité » est convaincue le Dr Deguine. « C’est un mal nécessaire quand le bien faire ne suffit pas », conclut Catherine Debray.

Signé Valérie Deymes

Les intervenantes :

Chef d’Escadron Christine Bouffière, commandant de la compagnie de gendarmerie de Mont de Marsan

Claire Combes, déléguée régionale de France 3 Aquitaine

Cathy Debray, rédactrice en chef adjointe de Sud Ouest, directrice des éditions de la Gironde

Dr. Isabelle Fischer Deguine, biologiste médical, président directeur général de Bioffice

Martine Griffon-Fouco, vice président exécutive chez AKKA Technologies

Sigrid Monnier, directrice générale de Gironde-Habitat

Brigitte Proucelle, directrice générale des affaires culturelles et directrice générale adjointe des services de la mairie de Bordeaux

Remerciements :

Aux intervenantes qui ont parfois sacrifié un rendez-vous important de dernière minute.

A Sud Ouest, M. Stéphane Vacchiani, et la direction de la communication, Carole Villeneuve, Ghislaine Rémond, la Direction générale. le service photo, photographes Thierry DAVID ( débat) et Stéphane LARTIGUE (groupe debout).

Les étudiants de l’IJBA et leur professeur de technique JIRI

Le public qui a souvent reconnu au fil des récits d’expérience, des situations déjà vécues…et pris le parti d’en sourire.

 

Une ville faite pour les hommes ? ( Ecouter France Inter )

La ville est-elle faite par et pour les mecs ?

C’était le sujet de l’émission Un Jour en France de Buno Duvic ce lundi 9 novembre 2015.

Parmi ses invités le bordelais Yves Raibaud, géographe, dont Marie Christiane Lipani a signalé et commenté dernièrement l’ouvrage. ( Lire ICI)

Nous vous recommandons vivement la réécoute de cette émission qui soulève d’importantes questions : Faut-il consacrer autant d’argent à la construction d’un grand stade de foot ( bénéficiaires : 56000 hommes – 4000 femmes) ? Quelles questions de cohabitation soulèvent les quartiers  ? Pourquoi il faut déménager les Centres de consultation de la contraception ! Que se passe-t’il la nuit aux arrêts de bus ? Et dans les boites de nuit !

Si vous ne connaissez pas vraiment votre ville >>>

http://www.franceinter.fr/emission-un-jour-en-france

Le podcast est disponible jusqu’en août 2018
http://www.franceinter.fr/player/export-reecouter?content=1182655

ELLE a 70 ans : un colloque le 20 novembre

« Du sérieux dans la frivolité, de l’ironie dans le grave », comme avait coutume de dire Hélène Lazareff, la fondatrice du magazine. Chanteuses, actrices ou mannequins : elles ont toutes posé en couverture de ELLE. Carole Bouquet, Isabelle Adjani, la princesse Diana ou même David Beckham, les cover girls (and boys) ont été des milliers ces soixante-dix dernières années.

ELLE-AFFICHE-v3-jpgDans 1 mois, le magazine ELLE fête ses 70 ans!

Pour l’occasion, le séminaire sur la mode de l’IHTP organise un colloque le vendredi 20 novembre, entre 9h30 et 17h30, réunissant chercheurs, journalistes et témoins.

https://histoiredemode.hypotheses.org/2737

 

Egalité professionnelle : toujours menacée ?

Le projet de loi de François Rebsamen sur le dialogue social est-il un recul en termes d’égalité professionnelle ? « Oui » répondent les associations féministes, qui s’insurgent contre un texte qu’elles qualifient de « recul incompréhensible« , dans un texte commun co-signé par une quarantaines de collectifs et d’associations.http://www.novethic.fr/empreinte-sociale/discrimination/isr-rse/projet-de-loi-rebsamen-l-egalite-professionnelle-femmes-hommes-en-danger-143287.html