Archives pour la catégorie # Sexisme

Femmes en première ligne …

Ce document est d’usage privé pour les adhérent.e.s de Médiactuelles et les personnes présentes à la conférence du SII, Arcachon, le 18 novembre 2017.

L’origine des citations et photos est signalée par lien vers les sites propriétaires ou diffuseurs.

BONNE LECTURE.

 

*

A chacun ses mots clés …

####Femmes, égalité, solidarité, développement !

Aujourd’hui, en 2017, nous pouvons encore nous poser la question :

« Quand des femmes sont élues à des postes politiques, les politiques sont plus variées et sensibles à la dimension du genre. La santé, l’éducation et le bien-être social s’améliorent, des progrès sont visibles en termes de gouvernance et de lutte contre la corruption », a déclaré le commissaire.

Femmes victimes ? ou moteurs des sociétés ? Où en est le féminisme ?

Cette question est de pleine actualité. Ici même, en France, où La déclaration des droits de l’homme…(et de la femme…dans le souvenir de la militante Olympe de Gouges)… constitue la règle du jeu en vigueur dans cette république laïque, la question n’est pas réglée pour autant.

(Que dire alors de régimes politiques où la notion même de démocratie est étrangère !)

Elle est posée chaque jour avec une violence qu’on aurait pu croire dépassée. Mais aussi avec une gravité qui rappelle les grands enjeux du développement et de la paix dans le monde.

LES FEMMES DANS L’ACTUALITE

Quelques exemples récents,

  • La manifestation de protestation des « Femen » le 30 octobre dernier, à Paris, à la Cinémathèque, lors de l’hommage rendu au réalisateur de cinéma Roman Polanski. Dans le contexte de la dénonciation du harcèlement et des violences sexistes, ces femmes ont fait irruption aux cris de « pas d’honneurs pour les violeurs », seins nus et tagués, selon leur image de marque.

– Les Femen, sont un mouvement d’activistes féministes, né en Ukraine en 2008, contre ce qu’elles désignent comme la dictature russe du président Poutine. ( Image, de manifestation devant une mosquée salafiste à Berlin). Leur style leur attire de nombreuses critiques. « Selon leurs détracteurs.rices, le mode d’action des Femen est basé sur la  la provocation et la prise de risques« … Dans un billet sévère, Lydia Guirous, féministe française engagée chez Les Républicains*, lors de l’emprisonnement de trois tunisiennes « seins nus », dénonce une idéologie néocoloniale, raciste et ethno-centrée.. ».Les meilleures ennemies du féminisme » selon elle. ( Décrite comme « passionaria de la laïcité, auteur de « Allah est grand, la République aussi ».

  • Au même moment ( 27/10), avait lieu à Bruxelles la réunion du Forum Crans Montana for Africa’s Women . Cette organisation non gouvernementale née en Suisse oeuvre pour la promotion et l’autonomisation des femmes à l’échelle mondiale. La session belge récente avait pour thème le rôle et la lutte des femmes contre la radicalisation de la jeunesse et l’émigration incontrôlée. La déléguée de la Lybie a dressé un tableau particulièrement sombre des camps de migrants.

http://www.cmf.ch/index.php?page=9&news=1355

Sur  les violences faites aux femmes et aux enfants dans les camps de migrants en France, Voir aussi le rapport accablant de l’ONG Gynécologie sans frontières,.

« Selon nos observations sur le terrain, 70% environ des femmes ont été victimes de violences », explique Richard Matis, le vice-président de GSF.

« Prostitution imposée, viols, violences conjugales font partie du voyage » pour ces victimes dont « nombre d’entre elles sont obligées de vendre leur corps pour payer les passeurs », ajoute l’association dans un communiqué. » ( La Dépêche, mars 2017)

https://www.valeursactuelles.com/societe/violences-dans-les-camps-de-migrants-un-rapport-accablant-72067

Et, en dernière minute… peut-être une bonne nouvelle ?
La COP23 s’intéresse aux femmes avec quelques avancées possibles ?

« Les délégations nationales envoyées aux sommets annuels et aux réunions de préparation devront se féminiser. Les pays dont les équipes seront les plus paritaires auront plus de chance de décrocher des postes de responsabilité dans les organes onusiens traitant du climat. »

http://www.euractiv.fr/section/soci-t/news/cop23-la-cause-des-femmes-progresse-un-peu/

*

Les femmes forment 70 % des pauvres, elles possèdent moins de 2 % des terres et reçoivent moins de 5 % des prêts bancaires. Il y a en moyenne dans le monde 16 % de femmes parlementaires et moins de 10 % de chef-fes d’Etat et de gouvernement. Ces inégalités politiques et économiques sont un obstacle à un développement humain durable et équitable.

ADEQUATIONS.org

L’ONU, dans un tableau de référence, apporte tous les chiffres sur tous les sujets qui comptent…du salaire comparatif des femmes, la croissance des entreprises dirigées par les femmes en Afrique,  la question de l’eau, du nucléaire, des migrations, de la décolonisation. http://www.un.org/fr/sections/issues-depth/global-issues-fast-facts/index.html

 

Dans la mondialisation des échanges, des intérêts financiers, et des luttes d’ influences, les conséquences en sont connues : lutte pour les ressources, pour la terre, pour l’eau, pour le pouvoir politique et religieux. Ce qui nourrit la permanence de conflits armés, la menace et les actes terroristes.

Et c’est pour cela qu’elles se battent encore et que dans ces combats pour la liberté et l’autonomie, les femmes sont en première ligne.

***

DES FEMMES ENGAGEES

Quelques visages familiers pour en témoigner:

  • Celui de Malala, la jeune fille qui a osé tenir tête aux talibans de retour au pouvoir en Afghanistan, parce qu’elle voulait continuer à bénéficier de l’accès à la connaissance, du droit à l’école.

Prix Nobel de la paix, admise à l’Université de Cambridge, elle poursuit ses études et sert de modèle à l’ensemble des filles et jeunes femmes !

Pour en savoir plus, l’histoire de Malala racontée sur CNews, avec les coordonnées de son autobiographie disponible en livre de poche (« Moi, Malala je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans »)

  • Autre théâtre de conflit, l’Irak et la Syrie où le rétablissement de l’ordre, à défaut de démocratie, montre des femmes qui incarnent l’aspiration à la liberté, à l’indépendance, à l’autonomie:

    C’est le combat des femmes soldats kurdes !

    Photo: Delphine Darmency.

    Les femmes « peshmergas »… les « trompe-la mort » ont une histoire incroyable. On peut lire cet article de SLATE.fr pour savoir comment et pourquoi et avec quel statut elles ont obtenu le droit de porter les armes. Elles se battent pour l’indépendance, la liberté de tous, l’égalité de statut dans la vie redevenue civile. Mais, nous dit-on, c’est l’arbre qui cache la forêt d’une société encore très traditionaliste… voire arriérée… Que vont elles devenir ?

  • Après ce que l’on a appelé Les printemps arabes, un certain nombre de pays se sont refermés. D’autres tentent de difficiles ouvertures. C’est le cas de la Tunisie, un pays proche et familier pour des raisons géographiques et historiques.

Pour sortir de la crise ( mondialisation et attentats contre des sites touristiques) et relancer l’activité générale et touristique, le président tunisien mise sur les femmes. Parmi les mesures tout à fait emblématiques, en totale contravention avec la loi islamique, il projette de modifier la loi sur la transmission du patrimoine : pour promulguer l’égalité dans l’héritage.

Courage ou réalisme ? En Tunisie, actuellement, près de 500 sociétés seraient en difficulté et 120 prêtes à mettre la clé sous la porte. La Tunisie peut-elle se passer de l’intelligence, du talent économique des femmes ? Ainsi, la question de l’égalité est vraiment au coeur de la relance.

Cette question de l’héritage fait l’objet d’une explication en bande dessinée dans le journal en ligne de Jeune Afrique.

 

On y découvre les visages des femmes du collectif 200 intellectuelles en faveur de l’égalité. ( Huffpost Maghreb, 14 sept 2017)

Ne pas imaginer que tout sera résolu pour autant, notamment la question des moeurs, comme l’illustre « l’affaire du bisou ». Un couple surpris en train de s’embrasser en public, à la sortie d’une boite de nuit branchée, a été emprisonné et condamné.

* Cette condamnation intervient, explique  La Libre Afrique du 11 octobre, dans un contexte de débat sur les réelles avancées sociétales du pays. Le 1er octobre, le New York Times a publié une tribune de l’écrivain Kamel Daoud encensant le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, comme une «figure de proue du mouvement réformiste dans le monde arabe» après son soutien à la parité sur le droit à l’héritage et au droit des musulmanes à épouser des étrangers d’une autre confession. La louange a provoqué l’ire d’une partie de la société civile tunisienne ».

Et toujours les « mères de Mayo » en Argentine

Tout le monde a entendu parler des « Mères de la place de Mai ». Dernièrement, à l’initiative de l’association Femmes Solidaires, à La Teste de Buch 33, l’une d’elles est venue en France. Et nous avons pu la rencontrer et l’écouter parler de son action.

Gabriela CONDER

Non seulement Gabriela Conder, avocate pénaliste, ne se « contente » pas de défendre les prisonniers politiques. On sait qu’en Argentine, encore aujourd’hui, quand un opposant dérange, on s’arrange pour le faire disparaître…

Non seulement elle ne s’intéresse pas qu’aux droits des femmes, pour leur émancipation ( beaucoup sont poursuivies pour avortement illégal dans ce pays), ou pour l’obtention de la « légitime défense » des victimes d’agressions sexuelles et viols.

Elle travaille ( travaillait avant les dernières élections) à la direction des infractions environnementales au Ministère de l’Environnement ( paradoxe de ce pays qui est une démocratie dirigée par  les puissances au pouvoir sous les dictatures successives ) …Elle se bat contre la désertification et la pollution-contamination par les pesticides type Monsanto, qui sont en train de détruire les terres cultivables et jettent les peones, les campagnards dans la misère.

Ces femmes défilent tous les jeudis à 15 heures place de mai !
On lui a demandé si elle se sent menacée, si elle craint pour sa vie. Elle a répondu que c’était « asi » – c’est comme ça- et qu’il faut faire avec.

Pour en savoir plus
MERES CONTRE LA DICTATURE revue CLIO (2005)

*

Elles font honneur aux pionnières …

ces employées des chemins de fer en 1943, sportives, résistantes, elles font tourner la machine !

Et même, pour la curiosité,  sur BUZZLY,  la toute première « tatoueuse » !

http://buzzly.fr/portraits-de-femme-qui-ont-fait-change-le-cours- de-l-histoire-pour-toujours.html

 

Sur ces illustrations, il semble qu’il ne soit pas utile de continuer à démonter le rôle, la place et l’héritage de ces femmes … Un combat  au service de la société des hommes,  du genre humain tout entier !

Où sont les femmes ?

Pour mémoire,  la situation des pays en développement, telle que la chiffre l’association ADEQUATIONS. ( On y reviendra)

 » Les femmes forment 70 % des pauvres, elles possèdent moins de 2 % des terres et reçoivent moins de 5 % des prêts bancaires. Il y a en moyenne dans le monde 16 % de femmes parlementaires et moins de 10 % de chef-fes d’Etat et de gouvernement. Ces inégalités politiques et économiques sont un obstacle à un développement humain durable et équitable.

ADEQUATIONS.org

Quelle est la réalité des pays dits développés ?

Selon, la dernière étude de l’IFOP, en collaboration avec  la Fondation Jean Jaurès, de fortes inégalités, (y compris en France), et la persistance de comportements sexistes.

Dernière étude de l’IFOP ( 67% des femmes disent faire l’objet de harcèlement dans la rue ou les transport en commun – 22% des femmes ont déjà eu le sentiment d’être victimes d’une discrimination à l’embauche en raison de leur sexe, contre 7% en 2000)

JJaures Les inégalités femmes-hommes dans la société française | Fondation Jean-Jaurès PDF

Parmi les faits dénoncés:

La discrimination à l’embauche et les difficultés de l’emploi des femmes en raison de leur grossesse.(37% des femmes disent avoir été interrogées sur leur intention d’avoir un enfant ...Le harcèlement de rue et l’insécurité dans les transports ( les 2/3 des femmes se disent concernées)

Une exemple récent : A Lyon, licenciement d’une danseuse retour de maternité, le directeur condamné

…au gouvernement ? à la tête des grandes écoles des grandes écoles ? des multinationales ? sur les stades ?

L’Institut pour la paix d’Oslo, lui aussi, sort à point nommé quelques chiffres actualisés. Et surtout réaffirme : « Mesurer et améliorer la vie des femmes est la clé de la paix et de la sécurité des nations dans leur ensemble ».

***Entendu à la faveur des reportages sur le 11 novembre … un des derniers poilus interrogés dans un ancien reportage pour TF1  » Si les pays avaient été dirigés par des mères, des femmes, il n’y aurait pas eu de guerre… aucune mère ne veut envoyer son enfant à la mort  » ( 11 nov 2017 / TF1 / journal 13 h Jean Pierre Pernaut)

L’I paix d’Oslo, travaille de conserve avec de l’Institut Georgetown pour les femmes, la paix et la sécurité (GIWPS).

Classement mondial du confort des femmes !

Islande, Norvège, Suisse

https://www.rts.ch/info/monde/9034382-la-suisse-en-troisieme-position-des-pays-ou-les-femmes-vivent-le-mieux.html

cf. index de sécurité pour les femmes  https://giwps.georgetown.edu/the-index/ L’indice WPS offre une mesure plus complète du bien-être des femmes en capturant à la fois la paix et la sécurité – et l’inclusion et la justice des femmes – pour la toute première fois.

Exemple de la Suède ( 7/153 ) pour le confort et la sécurité des femmes:  https://giwps.georgetown.edu/country/sweden/

Les grands problèmes vus sous l’angle du genre : https://giwps.georgetown.edu/blog/

*

Ce n’est pas, disent les « féministes », parce que…que la question est réglée

parce que des femmes ont été ou sont au pouvoir; parce qu’il existe des société matriarcales, en Afrique ou ailleurs;  parce qu’elles ont le droit d’enfanter à leur rythme et selon leur choix grâce à l’IVG et bientôt la PMA pour toutes ; parce que des femmes ont accès à des rôles inimaginables autrefois, femmes chefs d’orchestre, présidentes d’universités, générales d’armée, pilotes d’avions de ligne, et … même … dans la lignée des femmes pasteurs…femmes rabbin, ou femme imam (cf ci-dessous)…et naturellement ministres…

http://www.francetvinfo.fr/societe/religion/sherin-khankan-la-premiere-femme-imam-scandinave-qui-celebre-l-islam_2424163.html

autre cas aux Etats Unis :

Dr. Amina Wadud (center right) leads a group of women at the first public, mixed-gender Muslim prayer service that was held in New York City, March 18, 2005. Dr. Wadud, is a professor of Islamic studies at Virginia Commonwealth University. The service was held at the Synod House in New York. REUTERS/Jeff Christensen JC – RTR5FFB

http://www.lefigaro.fr/international/2016/09/01/01003-20160901ARTFIG00416-femmes-imams-elles-defient-les-traditions-patriarcales.phpque la situation est réglée…

La véritable « émancipation » de la femme est tout autre chose.

Compter ne suffit pas

Par exemple dans les médias… dont la visibilité et le pouvoir  d’entraînement sont importants. Il y a statistiquement une quasi égalité de représentation. Des nominations récentes et plus fréquentes, l’accès aux postes de décision, semblent conférer aux femmes un vrai pouvoir. Personnellement, j’y vois une évolution appréciable et favorable ( par rapport à mes débuts dans le métier de journaliste). Mais certaines d’entre nous persistent à penser que ces chiffres ou ces titres masquent la réalité… à savoir que le pouvoir reste concentré aux mains des « machos », en particulier dans la presse d’information « classique »! ( MC Lipani, du pouvoir éditorial à Sud Ouest, ACCES RESERVE)

On pourrait se poser la même question avec l’Education nationale. La médecine hospitalière, les entreprises du CAC 40, le sport collectif de haut niveau …A l’aube du 50ème anniversaire de la « révolution » mai 68, on peut se demander si les « mandarins » ne sont pas toujours aux commandes.

  • Les femmes parentes pauvres de la science: 

    C’est semble-t’il le secteur où la pénurie est la plus visible et inquiétante. Alors qu’il y a des places à prendre. d’où cette

Journée internationale de la science le 11 février 2017 

Extrait : Ces 15 dernières années, la communauté internationale a entrepris d’importants efforts pour inspirer et promouvoir la participation des femmes et des filles à la science…Malheureusement, les femmes et les filles continuent d’être exclues et ne peuvent participer pleinement à la science.

et de l’économie

Pour une présidente du Fonds monétaire international ( ou une propriétaire de l’OREAL …combien de chefs d’entreprises… de cadres… de salariées dans des postes décisionnaires ?

Femmes influentes, sondage / 20 minutes 12-11-17 / Christine Lagarde devant B.Macron et A.Hidalgo

http://www.20minutes.fr/societe/2167655-20171112-christine-lagarde-designee-comme-femme-plus-influente-france

Ministère du Travail : Egalité professionnelle femmes/hommes, le cadre légal

  • Les femmes parentes pauvres en politique :

    Encore un long combat à mener ! Titre  FranceInfo Geopolitis, en mars 2015

    Extraits: « Après un rappel du droit de vote en France :1944, et un rappel de la loi du 6 juin 2000 qui instaure la parité …

    • Jusqu’à l’arrivée massive de femmes aux élections départementales en mars 2015 

      Pour combler ce retard, une nouvelle loi a été votée en mai 2013 pour poursuivre l’objectif de parité qui avait commencé à être mis en œuvre depuis 2007. Ainsi, un nouveau mode de scrutin a été appliqué pour la première fois aux élections départementales. Deux conseillers départementaux ont été élus dans chaque canton avec des candidats en binôme, obligatoirement composé d’un homme et d’une femme.

    • A la même époque en Europe : A noter pour commencer que les trois seules femmes leaders de leur pays sur les 27 pays de l’Union sont plutôt du nord. L’Allemande Angela Merkel, la Danoise Helle Thorning-Schmidt et la Lituanienne Dalia Grybauskaité. ……Le seul pays qui fait concurrence à la France, où le gouvernement instauré par Francois Hollande est paritaire, est la Suède. Sur les 24 ministres suédois, 13 sont des femmes. 
    • Contre toute attente, il est intéressant de noter que les pays de l’UE ayant fait partie de l’ancien bloc soviétique comme l’Estonie, la Slovaquie, la Lettonie, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie ne sont pas forcément à la traîne. En Lettonie, les femmes représentent 21% des parlementaires, en Pologne 20,2% et en Slovaquie 19.3%. Quant à l’Espagne, elle se distingue aussi … et par exemple d’un autre pays latin, l’Italie…avec 37% de femmes en politique…un chiffre qui s’explique par la réaction de l’ensemble de la société – tous azimuth, dans un grand besoin d’air frais avec la movida– à la chute du franquisme…« Après le mouvement féministe créé dans le pays dans les années 75, … Le débat de société est tombé dans la sphère politique et le pays a vite donné de vraies responsabilités politiques aux femmes. »
  • Qu’en est-il aujourd’hui : la France bonne élève de l’égalité ?

    French President Emmanuel Macron (C) and Paris Mayor Anne Hidalgo attend a minute of silence after they laid a wreath of flowers in front of a commemorative plaque next to the « A La Bonne Biere » cafe and the Rue de la Fontaine au Roi street, in Paris, France, November 13, 2017, during a ceremony held for the victims of the Paris attacks which targeted the Bataclan concert hall as well as a series of bars and killed 130 people. REUTERS/Philippe Wojazer (Une image révélatrice !)
  • A l’Assemblée nationale- législatives 2017, record battu : 224 femmes sur 577 députés ( France Info )
  • Au gouvernement  la parité exacte:Trombinoscope du gouvernement Philippe2 du Parisien 21 2017-un gouvernement volontariste dans ce domaine avec une forte personnalité en tête d’affiche, Marlène Schiappa à la tête d’un secrétariat d’Etat à l’Egalité Femmes-Hommes… très présente dans le débat public, sur les médias …sur Twitter en particulier où elle commente tout et parfois son contraire… Pour bien montrer que les femmes ont le droit de toucher à tout !
  • pour certains observateurs – exemple la rubrique « Altérité » de l’Opinion, le compte n’est toujours pas bonExtrait: « Emmanuel Macron devrait s’exprimer sur la cause des femmes, le 25 novembre, à l’occasion de la journée sur les violences faites aux femmes. Pour autant, le pouvoir macroniste n’est guère féministe: avec l’élection de Christophe Castaner, le 18 novembre, à la tête de La République en marche, le dispositif politique sera exclusivement masculin. »

http://www.lopinion.fr/edition/politique/macron-sont-femmes-137528

  • Toutefois …Pour mémoire et pour la première fois une femme, une française, Audrey Azoulay à la tête de l’Unesco (2010 /

Voilà un ( relativement) bel édifice français et européen…mais les combats d’arrière-garde n’ont pas dit leur dernier mot.

***

LA SITUATION reste PREOCCUPANTE

En général et sur certains point clés

« Selon les Nations Unies, environ 120 millions de filles à travers le monde ont fait l’expérience de relations sexuelles forcées à un moment ou à un autre dans leur vie. »

A ce sujet, exemple d’un femme en première ligne :

UNHCR Special Envoy Angelina Jolie meets Syrian refugees in the Bekaa Valley, Lebanon in September in this UNHCR handout photo.
REUTERS/UNHCR/Jason Tanner/Handout (LEBANON – Tags: POLITICS SOCIETY ENTERTAINMENT TPX IMAGES OF THE DAY) FOR EDITORIAL USE ONLY. NOT FOR SALE FOR MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS. THIS IMAGE HAS BEEN SUPPLIED BY A THIRD PARTY. IT IS DISTRIBUTED, EXACTLY AS RECEIVED BY REUTERS, AS A SERVICE TO CLIENTS

Angelina Jolie

http://quebec.huffingtonpost.ca/2017/11/15/angelina-jolie-affirme-que-ces-3-mythes-alimentent-la-violence-sexuelle_a_23278733/

Malgré de véritables progrès dans la plupart des démocraties, des sujets de débats, d’affrontement demeurent, des abcès qui ne demandent qu’à se reformer et éclater.

 C’est le cas de l’IVG et des abus sexuels

-l’IVG

Une synthèse : L’accès à l’avortement ( Le Figaro / 28-09-17) donne ces chiffres : plus de 55 millions d’avortements dans le monde de 2010 à 2014. Et 47.000 décès par an en raison des mauvaises conditions d’exercice.

La France fait figure de pionnière lorsque Simone Veil, dans la tradition féministe française du droit à disposer de son corps (cf. Les trois Simone), fait voter – dans un combat mémorable- le droit à l’avortement.

« Aucune femme ne recourt de gaité de coeur à l’avortement, dit-elle dans son discours resté célèbre, le 26 novembre 1974, devant une assemblée d’hommes. »

(Avec France Info, by Emilie Gautreau, un rappel utile des étapes successives de cette loi)

En novembre 2014, pour le 40ème anniversaire de la loi, l’Assemble nationale est saisie d’un texte pour réaffirmer ce droit. Sept députés votent contre.

« Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devez rester vigilantes votre vie durant », rappelle la secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes, Pascale Boistard, citant Simone De Beauvoir. 

« Les femmes « auraient tort de se croire à l’abri de tout recul », déclare également Najat Vallaud-Belkacem dans une tribune sur le Huffingtonpost

…De son côté, Christine Boutin salue avec ferveur les « sept députés courageux qui ont voté contre la résolution IVG« .

Pour les représentantes du Planning familial, la question n’est pas résolue et l’IVG toujours pas accessible à toutes.

Moyens hospitaliers insuffisants mais aussi, frein des convictions religieuses, dans certains milieux ou communautés, aussi bien dans les milieux catholiques que musulmans et le frein économique.

On compte 200.000 IVG/an en France, chiffre stable depuis 30 ans.

*

La loi en vigueur en Pologne, pays majoritairement catholique, autorise l’IVG seulement dans trois cas: risque pour la vie ou la santé de la mère, grave pathologie irréversible chez l’embryon et grossesse résultant d’un viol ou d’un inceste.

La première ministre vient de rejeter l’avortement dit « eugénique »,( malformation de l’embryon, trisomie 21 ). Le président Andrej Duda ( parti Droit et Justice PiS) indique qu’il signera la proposition de loi dans ce sens, du Comité « Stop Avortement » ( 200.000 signatures)

L’année dernière, le Parlement polonais a rejeté une proposition encore plus restrictive sous la pression de grandes manifestations de femmes dans toutes les villes du pays.
Elle prévoyait des peines de prison pouvant atteindre cinq ans pour les médecins et autres personnes participant à l’IVG, y compris pour les patientes elles-mêmes, mais autorisait le juge à renoncer à punir ces dernières. (l’Orient le Jour.com) »

Aux Etats-Unis, des mesures de restrictions sont aussi d’actualité. En particulier pour limiter l’intervention à 20 semaines de grossesse. L’ambassadrice aux droits des femmes a qualifié l’IVG de génocide.

En Irlande, et Irlande du Nord ( Ulster), la question n’est pas réglée et le droit à l’avortement objet de nouvelles contestations.https://www.amnesty.be/infos/actualites/article/royaume-uni-la-cour-supreme-examine-les-contestations-relatives-a-la-loi-sur-l

*

-Harcèlement, violences et abus sexuels

Réactivé dernièrement par les révélations du cas Weinstein, magnat du cinéma hollywoodien, le problème du harcèlement et des violences sexuelles empoisonne le climat. Deux mots clés ( hashtag) #balancetonporc et #metoo ouvrent les vannes à un flot de révélations, d’accusations, de délation, selon le point de vue.

A quoi ressemble #balance etc.

(La parisienne, 15-10-17)

Balance ton porc Non Merci

(Maya Khadra, Contributrice de Libération, 19-10-17)

 Quel que soit le régime, le statut des femmes, ce qui commence comme un fait divers a eu (a)  des conséquences imprévues, un véritable déferlement mondial de mises en accusations pour des faits le plus souvent juridiquement prescrits : L’affaire Weinstein, suivie de l’Affaire Tarik Ramadan…et autres célébrités de tous bords… comme un gigantesque jeu de dominos.
A se demander s’il va s’arrêter… et avec quelles conséquences.
Aux Etats Unis, on a vu des tournages de films interrompus par le scandale et des acteurs brutalement écartés. Sans doute à jamais victimes d’oprobre.
 (Un mot d’ordre qui n’a pas eu l’heur de plaire à toutes. Parmi elles Catherine Deneuve !)
Les  femmes continuent d’alimenter ce débat sous toutes les formes., Twitter, blog spécial, médias pour les plus connues…
Pas un jour sans confession.
Les associations tentent de récupérer ce qu’on a appelé la libération de la parole.
 Ainsi à Bordeaux, où le Collectif des femmes a invité à manifester dans la rue, pour ne pas laisser l’affaire aux seuls réseaux sociaux.
Une preuve que le problème est réel et pas du tout fantasmé, voire alarmant, avec ces statistiques publiées par Rue89 Bordeaux en 2015. 
>>> A cet égard l’affaire Tarik Ramadan et le cas de Henda Ayari*
est un incident très révélateur
1/ de la défaillance de la réponse républicaine… le cas de cette femme, divorcée, seule en charge d’enfants, au chômage, en rupture avec sa religion …qui, en plein désarroi… après de longues démarches au Pôle Emploi et autres services d’aide… 2 / ne trouve de refuge que dans les bras d’un prédicateur-philosophe religieux bien connu, encensé de tous, ayant pignon sur rue dans les grands débats et les médias… qu’elle accuse ensuite de viol ! au risque de se prendre le retour de baton, ce qui est le cas, insultes, menaces de mort, accusations de dissimuler un lobbying sioniste … *
On pourrait se croire dans une province reculée du Brésil, adepte du « candomblé » ou des régions où on pratique encore le vaudou ! … Eh bien non: on est en République française dans les années 2010-2020 ! 3/ des guerres intestines qui se jouent à travers réseaux et médias.
Henda Ayari ( « J’ai choisi d’être libre ») accusée à son tour de tentative de manipulation au sommet pour vendre son livre qui ne marche pas.. ( Lire le point de vue de Martine Chapouton, Riposte Laïque)
>>> A propos de ces affaires et du déchaînement d’insanités et invectives qui s’en sont suivies, Il faudra s’interroger sur le poids, le rôle et le contrôle des « réseaux sociaux »… et de médias, accusés de complaisance ou d’aveuglement.

 Facteurs et théâtres d’affrontements, plus que de dialogue, les réseaux sociaux favorisent en effet la libération de la parole… mais quelle parole ? et de toutes les aspirations identitaires, par la libre expression des communautarismes, de militantismes et de propagandes parfois progressistes, le plus souvent réactionnaires. Il faut aujourd’hui des arguments très forts, une grande maîtrise technique, une veille constante, pour contrer les incitations au doute et à la haine, et démasquer les fausses nouvelles armes de propagande.

Une des conséquences de ces forum(s) où sévit le « bashing » ( lynchage) systématique, la démolition en règle des grands piliers de la société (politique, presse et médias, enseignement, médecine…),  est la perte de confiance générale, et en particulier dans la raison d’être des grandes institutions internationales… l’Union Européenne, l’ONU, les ONG.

Interrogeons nous sur les nouveaux panurgismes, liés à la consommation, et aux nouveaux médias ?

***

Nouveaux féminismes

« Mes mensurations sont 2.202 cas de féminicides rapportés dans mon pays durant les 9 dernières années ».

A l’occasion de Miss Perou 2017, les candidates font sensation et substituant à l’annonce de leurs mensurations, les statistiques des « féminicides » cad. les meurtres de femmes, parce qu’elles sont femmes, dans un rapport de domination.

Un concours de beauté, c’est dire que le féminisme est partout où on ne l’attendrait pas !

http://www.rtl.fr/girls/identites/miss-perou-2018-les-candidates-denoncent-les-feminicides-dans-leur-pays-7790761677

Les mouvements féministes n’ont jamais été aussi actifs et divisés.

 

Actifs: A Bordeaux, illustrant les besoins créés par la démographie et l’impact des conflits internationaux, on a vu création récente de

Un collectif des femmes élues des diasporas africaines: ( 2016) http://www.aqui.fr/societes/le-bouscat-naissance-du-collectif-des-femmes-elues-des-diasporas-africaines,13874.html

Pavé Brûlant: un élan de solidarité avec les femmes kurdes :

https://pavebrulant.noblogs.org/post/2017/03/03/le-4-mars-tou-te-s-en-manif-avec-les-femmes-kurdes-de-bordeaux/

L’interdiction du voile dans l’espace public, puis plus récemment du « burkini » à la plage, a réactivé un clivage entre féministes universalistes laïques et diasporas africaines, musulmanes, religieuses, ou égalitaires « à leur manière ». C’est à dire sans renier des convictions traditionnelles.

Parmi les plus connues parce que les plus actives d’un féminisme nouvelle génération :

Lallab ( le laboratoire des femmes) / Le nouveau visage du féminisme musulman :

D’origine marocaine, (la fondatrice) a grandi à Ivry-sur-Seine avant d’intégrer les classes préparatoires à Paris. « Toute ma vie, on m’a fait croire que j’étais une exception parce que j’étais une musulmane émancipée. Comme si c’était rare, regrette-t-elle. C’est un malaise qui grandit avec les médias qui nous représentent constamment comme des femmes soumises, oppressées, victimes et passives. » Française, marocaine, musulmane et féministe, elle s’est toujours sentie tiraillée entre ses multiples identités. « J’avais l’impression que, selon les situations, je ne devais porter qu’une seule casquette à la fois. »

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/05/09/lallab-le-nouveau-visage-du-feminisme-musulman_5124926_3212.html

Les « décoloniales » et Les Indigènes de la République dénoncent un racisme d’Etat.

« La permanence d’un substrat colonial dans l’idéologie d’État « laïque et républicaine », pourtant très visible à bien des égards, est niée avec une confondante mauvaise foi. Il est vrai que nous sommes dans un pays qui commémore dans la déploration les rafles antijuives du Vel d’hiv en 1942, perpétrées par la police parisienne, tout en procédant à des rafles honteuses de migrants (la chasse des migrants du quartier La Chapelle, à Paris, est très éloquente). »

http://indigenes-republique.fr/tous-contre-houria/

Ces mouvements sont sous-tendus par le regain des communautarismes et autres intégrismes religieux. Ils réfutent jusqu’au modèle républicain, la laïcité (cf. affaires du voile, du burkini…).

Face une autre approche, une autre culture :

Laïques et féministes: Les vigilantes

extrait

 « Il est impératif pour la démocratie, que les religions ne s’immiscent pas dans les affaires politiques et sociales de notre République, à fortiori sous leur forme radicale. Tous les intégrismes religieux sont des obscurantismes dangereux pour les femmes et la démocratie.

Les petites et grandes lâchetés, le clientélisme et les calculs électoralistes, le manque de courage et de rigueur intellectuelle n’ont fait que renforcer la montée de l’islamisme et de l’extrême droite. »

https://vigilantes2015.wordpress.com/

Difficile aussi de ne pas citer – parmi d’autres- Osez le féminisme, au programme d’action des plus offensifs, comme la campagne « Sang Tabou ». Réclame l’abolition de la prostitution, la reconnaissance du féminicide.

http://osezlefeminisme.fr

 Pour comprendre la brutalité du débat, voir les dernières attaques à l’encontre d’Elisabeth Badinter « voix d’un féminisme blanc puissant », universaliste,  dénoncé, selon le Figaro, par « une ultra gauche essentialiste et différentialiste » ( représentée par Médiapart)«Les ambiguïtés d’Elisabeth Badinter» ou la rhétorique intellectuelle des islamo-gauchistes PDF.

Si bien que face à ces féminismes politisés, d’autres voix proposent des formules de conciliation ( de recentrage ?) : Ainsi, Un féminisme intégral, de Marianne Durano, prof de philo et directrice de LIMITE

affirmant :

« La femme n’est pas un self made man comme les autres »

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/10/20/31003-20171020ARTFIG00379-marianne-durano-defendre-un-feminisme-qui-considere-la-femme-entierement.php

Extraits:

… »on ne peut pas défendre les femmes tout en niant la différence des sexes, lutter pour l’égalité salariale sans prendre en compte la spécificité de la grossesse, proclamer “mon corps m’appartient” sans dénoncer le trafic d’ovules et d’utérus qu’implique l’extension des PMA, etc.

« Le féminisme intégral que nous défendons intègre tous ces combats et veut défendre les femmes intégralement, sans nier leurs spécificités et leurs vulnérabilités particulières. En effet, “intègre” signifie aussi bien “honnête” qu’”entier”. Il s’agit tout d’abord de faire preuve d’honnêteté et de cohérence intellectuelle, en dénonçant toutes les aliénations dont les femmes sont victimes: lutter contre la culture de viol et par conséquent dénoncer l’omniprésence de la pornographie ; lutter contre la prostitution et contre les mères-porteuses, qui sont les deux faces d’un même marché des corps ; défendre la santé et l’autonomie des femmes également quand elles choisissent d’arrêter leur contraception chimique ; être intégralement “pro-choix” et donner à celles qui le veulent les moyens de garder l’enfant qu’elles portent ; défendre la dignité des salariées et des mères au foyer, etc. Le féminisme intégral considère la femme dans son entier: il n’évacue pas ses hormones et son utérus du champ politique, sous prétexte qu’ils seraient un facteur d’aliénation, ou en alléguant une égalité abstraite et désincarnée entre les sexes. »

« Enfin, notre féminisme est intégral, parce que nous pensons qu’il faut transformer intégralement et radicalement les valeurs de notre société capitaliste, technocrate et concurrentielle, pour que les femmes puissent y trouver leur place sans avoir à se renier pour devenir des self-made men comme les autres. »

 

Mais il est clair qu’il n’y a plus – en ce moment- de « neutralité  » possible et que chaque option sera interprétée par l’autre à l’aune d’idéologies et positionnements politiques. ( progressiste vs réactionnaire … gauche/droite… impérialiste vs décolonial, etc. )

Si on veut dépasser l’exacerbation des clivages actuels, on se demandera si …dans ce concept de « femme » de « féminité », on a pris en compte l’aptitude des femmes à la contestation, et au pouvoir comme facteurs d’avancées des sociétés.

L’association adequations.org donne une liste assez complète d’organisations de femmes et féministes.

Le féminisme « radical » correspond à une étape des années 60…où est né en particulier le MLF, dans la foulée de Mai 68. le féminisme radical ne se contente pas de revendiquer des droits à l’égalité en tout…considère que l’oppression des femmes n’ est pas  « juste » une conséquence du système capitaliste… mais qu’au contraire cette oppression, qui va de pair avec une « naturalisation » du rôle de la femme,  est une construction de la société patriarcale, qu’il faut détruire.

***

L’ESPERANCE AU TOURNANT ?

Sexisme, patriarcat, capitalisme financiarisé et mondialisé: pourrait-on imaginer un monde d’où seraient éradiquées les survivances de tous les anciens régimes, marqués par l’emprise de la religion, la prédation économique, l’esclavagisme et le racisme, les guerres, les révolutions, le terrorisme.

Malgré la résistance d’un vieux monde laissant à la femme des rôles subalternes, on assiste – avec lenteur, mais volontarisme- à la promotion de programmes d’information et d’action.

La plupart des pays développés ont rejoint les « Journées de la femme ». ou « contre les violences faites aux femmes »…etc.

Ces manifestations accompagnent un long processus résumé dans une résolution de l’ONU.

En décembre 2013, cette résolution 68/227, texte majeur, reconnait à la femme un rôle déterminant dans le processus de développement et de démocratisation des sociétés.

C’est la 68ème session : Participation des femmes au développement /Droit des femmes et développement durable

C’est, par exemple, dans ce texte que figure l’encouragement au micro crédit, comme contribution très concrète à l’émancipation économique des femmes. Depuis cette formule est contestée. C’est de l’emploi qu’il faut à l’Afrique, pas des crédits !

http://www.un.org/africarenewal/fr/magazine/ao%C3%BBt-2015/microfinance-une-aubaine-pour-les-pauvres

Texte précédé en 1987, par les premiers travaux sur le développement durable ( dit rapport Brundtland), intitulé  » Notre avenir à tous ». Le rapport Brundtland donne la première définition officielle du développement durable : « Un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre les capacités des générations futures à répondre aux leurs ).

Et suivi en 2009  par l’élaboration d’un Agenda d’action 2015

Une décennie de plaidoyer des femmes en faveur d’un développement durable

Agenda d’Action 2015 des femmes pour une planète saine et paisible

Un plan d’action pour les gouvernements, les institutions internationales et la société civile

Dimanche 11 janvier 2009

http://www.adequations.org/spip.php?article897


La vraie démocratie ne se mesure pas au simple processus électoral, mais à la participation active de la société civile au processus éducatif de ses concitoyens. 

Championnes de la participation active au développement et à la démocratie,

les ONG.

D’où vient cette forme d’intervention caritative et humanitaire. Certains en situent l’origine dans l’action de l’Eglise et des confréries chrétiennes au Ve siècle. Ces organisations non gouvernementales connaissent leur essor à la fin du 19e siècle avec en 1812, la première intervention d’urgence au Venezuela ( tremblement de terre) et en Irlande (famine). S’ensuit la fondation de la Croix Rouge par Henri Dunant, puis la naissance du terme ONG ( ONU 1945). Le site RITIMO raconte cette histoire et se demande si les ONG, palliant les défaillances des pouvoirs publics, ne sont pas, toujours, les acteurs incontournables de la solidarité.

En France la députée France Insoumise Clémentine Autin estime que le budget de la coopération au développement est insuffisant.

On n’en citera que quelques unes !

CARE FRANCE soutient des programmes d’autonomisation,  de développement des connaissances et des compétences, le partage équitable des pouvoirs, soit  le renforcement de la capacité d’agir.

Et donc de se rendre utiles à l’ensemble de la société. Les hommes, les garçons sont invités à participer, car selon CARE, eux aussi sont encore prisonniers de schémas patriarcaux. ( Exemple égalité au sein du couple, partage d’une vie sexuelle et reproductive équilibrée et assumée).

(2/3 des 774 millions d’adultes analphabètes sont des femmes.)

Un exemple : https://www.carefrance.org/care-actions/zoom-femmes/

Atteintes sexuelles de femmes réfugiées de Birmanie https://www.carefrance.org/actualite/communique-presse-news/2017-11-02,bangladesh-refugies-rohingya-birmanie-violences-sexuelles.htm

En Guinée, cette ONG #FemmeVision2030″ oeuvre pour un développement durable et propose une campagne horizon 2030 qui implique les responsables politiques :

Travaille sur des thèmes tels que « Genre et droit foncier », « Lutte contre la désertification ». Et s’appuie sur cette notion anglo saxone d' »empowerment » …partage, organisation des conditions propices à l’exercice du pouvoir.

 

ONG Femmes, Pouvoir et développement

Genre et droit foncier

Soutien aux femmes migrantes

L’association DIANO est née d’une restructuration de l’ association Le Patriarche, pionnière dans la lutte contre l’addiction à la drogue. Elle s’est constamment adaptée aux crises et besoins de l’époque.

https://www.dianova.ngo/fr/nouvelles/autonomiser-les-femmes-migrantes/

En raison de l’actualité, certaines organisations humanitaires se sont retrouvées impliquées, puis mises en cause:

C’est la crise des migrants. Un sujet brûlant, très politique.

Des ONG accusées d’être responsables du flux migratoire, de l’impuissance à régler la question, voire de complicité avec les passeurs…

Une synthèse dans cet article du Point, très documenté les auteurs posent la question de l’affrontement entre d’un côté les Etats et le droit de maîtriser l’immigration, et de l’autre, les ONG qui défendent le droit à la vie.

Les ONG ont cessé de porter secours en mer

On ne peut que constater que l’absence d’horizon au développement dans les pays en guerre, aboutit à des impasses.

Noter l’initiative FESTISOL à Samatan ( Gers)…pour lutter contre les préjugés et favoriser le rapprochement entre migrants et population locale. ( Signalé par France Terre d’Asile)

Ceci nous ramène au concept de développement. 

S’il s’agit d’économies florissantes, de richesse insolente, des exemples de réussite nous démontrent, que les droits des femmes ne font rien à l’affaire. ( Siècle de Philippe V d’Espagne, Siècle de Louis XIV ! IIIème République). A notre époque, les Emirats arabes Unis, l’Arabie Saoudite, et d’autres monarchies et dictatures, dopés par la ressource pétrolière en sont le contre exemple parfait.

La femme est maintenue en dépendance. Mais, au contact des démocraties occidentales (?), une ouverture se dessine. Est-elle la marque d’un calcul, ou d’une prise de conscience sincère, dans la lignée des « monarchies éclairées », de l »Islam des Lumières » ?

On aimerait se dire… « et si ce qui se passe aujourd’hui en Arabie Saoudite était le prélude à un vrai changement de mentalités, et un mouvement général d’émancipation, même calculé ?

L’article de l’Express, répond en partie. Extrait:

Pour le royaume, l’abolition de restrictions visant les femmes est surtout un enjeu économique. Ces mesures s’inscrivent dans la vaste planification de réformes présentée par Mohammed ben Salman en avril 2016: « Vision 2030 ». À l’époque, le pays traversait une grave crise budgétaire. Pour développer le secteur privé et multiplier par six les revenus non-pétroliers, notamment ceux issus de l’export, il a fixé comme objectif de faire passer de 22 à 30% la part des femmes exerçant une activité professionnelle. 

Et …que se passera-t-il dans ces pays, quand les femmes, qui ont obtenu le droit de sortir et conduire leur voiture, seront tentées par d’autres libertés émancipatrices ?  Marche en avant ou coup d’arrêt ? comme en Iran, en Afghanistan ?

Quelle situation pour les femmes en Europe centrale ? Dans la Bosnie, le Kosovo de l’après guerre des Balkans ?

***

Qu’est-ce qu’une société développée ? On pourrait convenir de cette définition ? : une société où le droit prime sur la force pour régler les conflits. Où l’activité de tous dégage les moyens économiques et technologiques d’assurer l’alimentation, le confort,  la santé, l’éducation de tous…dans une répartition équitable. Mais pas que …c’est une société où chacun peut bénéficier des conditions et moyens nécessaires à son épanouissement personnel, matériel, /oui/, mais aussi, intellectuel, artistique, spirituel.

Combien de pays assurent-ils ces normes à leurs citoyens ? On voit bien qu’il subsiste trop de zones d’ombre, d’arriération,

Et pour la curiosité d’étonnants contrastes

révélateurs des décalages dans les situations, les cultures, les moeurs…

Tandis que les Etats-Unis, la France, dans une mondialisation contagieuse, sont secoués par les révélations sur le producteur hollywoodien Harvey Weinstein et le milieu du cinéma,  #balancetonporc et #metoo…Grand déballage pour certains, libération de la parole pour les autres …

Le pouvoir est toujours entre les mains du sexe dans certains pays …Exemple au Sénégal: des femmes ( une majorité ou une minorité agissante ? ), utilisent le sexe comme arme de domination, entretenant les vieux schémas sexistes:

https://theconversation.com/objets-de-plaisir-les-armes-des-femmes-a-dakar-86261

 

 QUELLES SOLUTIONS ?

-Réduire la pauvreté:

La pauvreté est sexiste 

L’éradication de la pauvreté est une condition préalable pour le développement durable, ainsi que l’objectif ultime du programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’Organisation des Nations Unies.

>Là encore une réponse de l’ONU…

La contribution des femmes à l’économie et à la paix est essentielle au développement durable ( Commission de la condition de la Femme/ Soixantième session / Mars 2016 )

Exemple du micro crédit ( Résolution ONU ) / Des femmes chauffeurs de taxi en Malaisie, transportant des femmes…en attendant mieux ?

>Déconstruire les stéréotypes de genre : livres et orientation scolaires, jouets, médias

Avec TELERAMA, le cas de la publicité

>Discrimination positive ?

On observe que les droits des femmes, leur insertion concrète dans les sociétés ont résulté de mesures volontaristes ou contraignantes. Comme la parité en politique.

Faut-il aller plus loin ? Et, comme aux Etats-Unis,  jusqu’aux postes réservés, aux mesures de discrimination positive, nécessaires pour rompre avec une situation d’inégalités sociales devenue intenable ?

 

CONCLUSION

Ce que je retiendrai dans ce survol forcément fragmentaire :

1/ Il est admis aujourd’hui que la présence des femmes est indispensable à une société qui veut se développer. A commencer par éradiquer la pauvreté.

2/ Se développer cad choisir des pratiques qui favorisent l’économie, les échanges, l’épanouissement des individus, sans compromettre l’avenir. Ex ne pas gaspiller les ressources

3/ Cela ne peut se faire sans l’accès à l’école et au pouvoir politique. Il s’agit de donner des moyens d’action…au moment où…

4/ …nos sociétés développées sont à un tournant : réchauffement climatique, non partage de la richesse…

5/ …et devant le choix d’un modèle de société où chacun trouve sa place. Egalité et tolérance, recherche d’équilibre et d’humanité, choix entre république laïque et communautarisme.

Sur cette aspiration renouvelée

Nous sommes dans une époque formidable, où, face à l’humaine condition, on peut penser avoir atteint les meilleures solutions possibles, dans tous les domaines : alimentation, accès et qualité des soins médicaux, à la connaissance par l’école, les médias, internet…

Où, cependant, on pressent que tout l’édifice est précaire et pourrait basculer… au gré de faits non maîtrisables : intempéries et réchauffement climatique, néo-impérialismes et conflits armés, terrorisme, immigration politique ou économique,

…mais aussi, plus pernicieux, les abus de toute sorte, surexploitation, laxisme et défaillances de l’Etat, dans ses missions de gestion du bien public, de sécurité, de santé publique, d’école universelle …

Nos droits, en Europe occidentale, sont d’abord le fruit de combats historiques et d’engagements collectifs (p.ex. les ouvriers et le prolétariat au 19ème siècle) et individuels de véritables héros et héroïnes au fil des siècles.

Combat contre la loi du plus fort (droit et la démocratie), contre  l’ignorance et la crédulité ( l’école pour tous), pour l’émancipation des individus : contre l’esclavage, le racisme, le sexisme.

On assiste en ce moment même à une transformation profonde de la société. Grâce aux nouvelles technologies ( TIC), aux réseaux sociaux qu’elles ont permis, aux moyens personnels d’expression ( Blogs qui font de chacun un éditorialiste / photos qui font de chacun un reporter), chacun s’exprime. Et chacun a une envie nouvelle d’exister.

La société « participative » saura-telle passer de l’intérêt privé à l’intérêt général, de la manipulation et du panurgisme à l’esprit critique, de l’égocentrisme à la démocratie réelle, du « moi et mon nombril » à la confrontation de solutions et pas seulement d’anathèmes ?

*

Pour prolonger cette réflexion,

Je vous invite à lire La SERVANTE ECARLATE, récit d’un modèle de société que vous aurez envie de refuser… et qui pourtant n’est pas totalement improbable :

LA SERVANTE ECARLATE, où les femmes du peuple sont utilisées comme esclaves sexuelles, mères porteuses vouées à la reproduction, dans une société où la fécondité de la classe dirigeante a chuté. L’une d’elles se révolte et va mener le combat…

 


Sources, références, documents à conserver :

Grandes Institutions

ONU

l’Onu et les femmes : Historique

http://www.unwomen.org/fr/csw/brief-history

ONU Femmes : faits et chiffres

http://www.un.org/fr/sections/issues-depth/global-issues-fast-facts/index.html

Participation des femmes au développement:

http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/68/227

http://www.unwomen.org/fr/news/in-focus/women-peace-security

GAFA : les géants de l’internet

Source Wikipedia : On retrouve derrière cette expression des sociétés comme : Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, Yahoo, Twitter, LinkedIn et d’autres. Les actuels géants sont ainsi américains et surnommés GAFA ou GAFAM, acronyme constitué des géants les plus connus (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) ; ou encore chinois et surnommés BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi ; ou bien les Natu (NetflixAirbnbTeslaUber).

STATISTIQUES / ENQUËTES

Secrétariat d’Etat à l’égalité

Lancement d’une consultation et tour de France

http://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr

Ecarts de salaires, disparité F/H

Ministère du travail

https://www.data.gouv.fr/fr/organizations/ministere-du-travail-de-l-emploi-et-du-dialogue-social/

ONG / Associations

ONG CARE FRANCE / télécharger en PDG le programme « femmes »ONG CARE France | Zoom sur les femmes

Gynécologie sans frontières ( protection des femmes et enfants dans les camps de réfugiés : http://www.cngof.fr/actualites/433-appel-du-president-de-gynecologie-sans-frontieres

Agronomes et Vétérinaires sans frontières

biodiversité, reboisement, etc.

https://www.avsf.org

Festival des soliarités

https://www.festivaldessolidarites.org/articles

THEMATIQUES

INITIATIVES

EQUILIBRES ( une entreprise d’un nouveau genre !

http://www.equilibres.eu/etudes-et-publications/

intervient à la demande pour des études, des conseils, de la formation, sur le thème de l’égalité au travail.

PRESSE

Sujets divers

https://www.humanite.fr/euro-2016-les-feministes-mettent-le-sexisme-hors-jeu-609215

 

 

EQUILIBRES ( une entreprise d’un nouveau genre !

http://www.equilibres.eu/etudes-et-publications/

intervient à la demande pour des études, des conseils, de la formation, sur le thème de l’égalité au travail.

Qu’est ce que le Tao ? Toujours valable ?

https://www.baglis.tv/esprit/religions/2719-le-tao-philosophie-de-l-equilibre.html

https://livre.fnac.com/a4041645/Armelle-Carminati-Rabasse-Pouvoir-e-s

Divers

AVSF : conférence et publications

https://www.avsf.org/fr/nouveautes

 

http://www.slate.fr/story/153032/depot-plainte-viol

Attaques contre le féminisme laïque

http://mobile.lesinrocks.com/2017/10/25/actualite/derriere-le-feminisme-laic-et-luniversalisme-les-ambiguites-delisabeth-badinter-11999707/

Evolution des mags féminins

http://kengarex.com/evolution-of-womens-magazines-9-pics/

Harcèlement  / Violences

http://www.midilibre.fr/amp/2017/08/15/a-nimes-le-harcelement-de-rue-pourrit-le-quotidien-des-femmes,1547846.php

le viol arme de guerre

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/02/libye-enquete-sur-le-viol-utilise-comme-une-arme-de-guerre_5208995_3212.html

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/03/libye-sur-la-piste-des-violeurs_5209468_3212.html

Politique du gouvernement Macron

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20170811.OBS3276/100-jours-de-macron-les-droits-des-femmes-n-interessent-pas-la-majorite.html

Incitation à la prostitution

https://www.marianne.net/societe/publicite-suggardaddy-la-ministre-de-l-enseignement-superieur-denonce-une-incitation-la

MONDE MUSULMAN

La  Tunisie mise sur les femmes:

Extrait article signalé : L’égalité entre les sexes demeurait néanmoins incomplète et les féministes tunisiennes n’ont pas relâché la pression. Le 13 août, à l’occasion du 61e anniversaire du code de 1956, le président Béji Caïd Essebsi, ancien ministre de Bourguiba, a créé la surprise.

Il a fait état de sa volonté personnelle de progresser sur deux dossiers : l’égalité dans le domaine de l’héritage et la levée de l’interdiction, pour une ­Tunisienne musulmane, de se marier avec un non-musulman, disposition éminemment discriminatoire (les hommes tunisiens, eux, ont le droit d’épouser une non-musulmane). L’annonce intervenait deux semaines après l’adoption d’une loi réprimant les violences faites aux femmes. La cause des femmes a le vent en poupe en Tunisie.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/01/la-tunisie-joue-la-carte-des-femmes_5194308_3232.html#87TkfFBblB2bczIX.99

https://www.petitions24.net/manifeste_des_femmes_pour_legalite_et_la_citoyennete

Tunisie: l’association Citoyens des deux Rives porte la parole des démocrates… en faveur du mariage inter religieux

Femmes en première ligne (1)

ANNONCE / A chacun ses mots clés

####Femmes, égalité, solidarité, développement !

Aujourd’hui, en 2017, nous pouvons encore nous poser la question :

Femmes victimes ? ou moteurs des sociétés ? Où en est le féminisme ?

 

« Quand des femmes sont élues à des postes politiques, les politiques sont plus variées et sensibles à la dimension du genre. La santé, l’éducation et le bien-être social s’améliorent, des progrès sont visibles en termes de gouvernance et de lutte contre la corruption », a déclaré le commissaire. (Emancipation)

Cette question est de pleine actualité. Ici même, en France, où La déclaration des droits de l’homme…(et de la femme…dans le souvenir de la militante Olympe de Gouges)… constitue la règle du jeu en vigueur dans cette république laïque, la question n’est pas réglée pour autant. (Que dire alors de régimes politiques où la notion même de démocratie est étrangère !)

Prochainement ici,

le texte servant d’appui à une intervention lors des Rencontres des solidarités

A Arcachon, au Tir au Vol

ce samedi 18 novembre à 15 heures

Il sera question de:

1 / l’Actualité / Femen/ Femmes migrantes au Forum Crans Montana / Question des droits à la COP 23

2/ Portraits de femmes de combat / Malala/ Femmes de Tunisie…et bien d’autres

3/ de Statistiques / Les chiffres pour résumer la situation en France, en Europe, Dans le monde

 

French President Emmanuel Macron (C) and Paris Mayor Anne Hidalgo attend a minute of silence after they laid a wreath of flowers in front of a commemorative plaque next to the « A La Bonne Biere » cafe and the Rue de la Fontaine au Roi street, in Paris, France, November 13, 2017, during a ceremony held for the victims of the Paris attacks which targeted the Bataclan concert hall as well as a series of bars and killed 130 people. REUTERS/Philippe Wojazer

4/ Des questions en suspens… voire en recul

IVG et Violences sexuelles

5/ Ou en est le mouvement féministe ? ou plutôt…les féministes ?

Les laïques, les décoloniales, et les autres

6/ Les raisons d’espérer

ONU / ONG / Associations de solidarité grandes et petites.

Conclusion:

L’accès des femmes au pouvoir ( éducation, promotion, égalité)  est une des conditions du développement et de la paix.

Aucune femme n’avorte de gaité de coeur. Aucune femme n’envoie son enfant à la guerre avec plaisir. Le viol n’est pas un divertissement sexuel, c’est un acte de domination inadmisssible.

Vous lirez la suite prochainement …Ici même.

 

 

 

ONPC, avec larmes, censure, et sans talent

Déferlement d’invectives sur Twitter. La colère de Christine Angot et son départ du plateau d’On n’est pas couché ( 30 septembre 2017)ne passe pas. La façon qu’elle a eue d’agresser l’invitée Sandrine Rousseau, venue parler de son livre et de son action « Parler », de la faire fondre en larmes, n’est pas passée dans le public de l’émission et pas non plus sur les réseaux.

Bataille sur ce que dit la loi : agression sexuelle,  et viol s’il n’y a pas de consentement, dit Sandrine Rousseau. Et elle dénonce:

« En France, on estime que les femmes sont a priori consentantes ».

Où tout dérape c’est lorsque Yann Moix se met à décortiquer et interprèter la déclaration de Denis Baupin, l’homme concerné par la plainte rejetée, lorsqu’il affirme que l’agresseur ( qualifiable pénalement mais exonéré par la prescription), par ses explications, avoue en réalité son méfait et commet une sorte de suicide politique. A côté de la plaque en la circonstance hautement chargée en émotion.

A ce moment là, Christine Angot monte sur ses grands chevaux lorsqu’elle entend l’auteur(e) énoncer : il faut « Former pour accueillir la parole ».  Elle s’élève contre la démarche et dénie à Sandrine Rousseau le droit de parler au nom de toutes les femmes et surtout de politiser la question.

Yann Moix se pose en critique littéraire,  évacuant tout l’humain et définissant la « parole de l’écrivain », opposée au « témoignage » : pour lui ce livre est « un discours ».

Christine Angot en rajoute une couche. « On me propose de signer des tribunes dans les journaux… de participer à des films où des femmes viendront raconter ce qui leur est arrivé : je refuse toujours parce qu’il y a une sorte de figure imposée ! Je refuse de me positionner en victime. Je suis une personne ». Elle dénonce les mises en scène misérabilistes …  canapé élimé et défoncé, comme une volonté de traduire dans le décor « une laideur qui déshonore des femmes qui ont été déshonorées » …Quant aux associations, elles ne font pas autre chose que « des recherches de procédures »…Et de s’en prendre à la féminisation du vocabulaire … Or selon C.A., « les mots, c’est plus important que les procédures. »

Réponse de Sandrine Rousseau : « Ce sujet est tellement complexe, à vif quand on l’a vécu… il n’y a pas de bonne méthode pour le dénoncer » et faire avancer les choses. « Je ne me résous pas » …à ce que cette situation, ce tabou perdure, ou au silence dans les partis politiques …

Laquelle des deux femmes suivre :  celle qui recadre, affirme que le viol est une épreuve solitaire, un drame qui doit rester intime ou donner matière à oeuvre littéraire ; ou celle qui tente avec quelque  naïveté de faire comprendre qu’elle a voulu témoigner et non faire oeuvre littéraire,  que son cas n’est pas isolé, et qu’il est temps que la société s’en mêle ?

Arguments rencontrés sur les réseaux : Christine Angot, écrivain recalé…jusqu’au jour où elle utilise l’inceste dont elle a été victime pour atteindre la notoriété ! Sandrine Rousseau « porte-parole » des femmes sans voix ? Qui se ferait mousser sur une sorte de fond de commerce ?

Personnellement, je me garderai de trancher. Je les ai trouvées toutes les deux blessées grièvement – blessure à fleur de peau- et réagissant chacune selon son tempérament et sa conscience politique. La première foncièrement hostile, irritée par ce qu’elle appelle un « blabla » idéologique du féminisme, au point de se fermer avec violence à toute compassion. La seconde, sans aucun doute sincère, mais en effet tombant dans le piège d’un nouveau conformisme de langage, plutôt que de laisser parler les mots du coeur et de la révolte ?

C’est le clash. On crie, on pleure… et franchement c’est cela qui est le plus tragique. Que deux victimes en viennent à s’affronter sur des questions de forme.

Car l’adversaire, c’est l’agresseur, et c’est la loi qui prévoit la prescription pour ce qui est désormais reconnu comme un crime.

Le parquet de Paris a annoncé lundi dans un communiqué que l’enquête préliminaire visant le député Denis Baupin avait été classée sans suite «pour prescription». Bien que les accusations de harcèlement sexuel par des collaboratrices du député ont pu être «corroborées» et que certains témoignages étaient «susceptibles d’être qualifiés pénalement», les faits sont prescrits. ( Libération, 6 mars 2017)

Les objections de Christine Angot – ouvrant un débat sur le bien-fondé d’une victimisation – valaient mieux que de battre rageusement en retraite. Le combat de Sandrine Rousseau vaut mieux que des larmes qui trahissent la faiblesse alors que la cause est forte et juste.

Blessure des deux côtés, souffrance évidente. Regard et commentaires compassés ou étrangement décalés et sans humanité des causeurs de plateau…

C’est aussi le principe de ce genre d’émission qui est en cause. On joue avec le feu ! Et dès qu’il embrase la scène, on appelle la censure comme pompier. Il fallait oser montrer la sortie d’Angot. Elle a fait partie de l’émission. On aurait pu voir si c’était du théâtre, un effet de tragédienne à la Sarah Bernhardt… ou juste un repli pitoyable, une vexation chronique à se voir privée de l’exclusivité de cette cause : le viol des femmes.

Loi ou service public, il n’y a pas de quoi être fier… et les deux institutions feraient bien de se poser le problème.

Pour la loi c’est simple : quand le justifiable n’est pas entendu et défendu, c’est la tentation de se faire justice. Trop d’exemples douloureux.

Quant à l’émission, elle ne vaut que par le talent, l’humanité des chroniqueurs et la sincérité des débats… Or il n’y a pas eu de talent, ni chez Angot, ni chez Moix… et il y a eu censure… c’est encore pire !

Marie Christiane Courtioux

http://www.rtl.fr/culture/medias-people/on-n-est-pas-couche-la-sequence-ou-angot-quitte-le-plateau-ne-sera-pas-diffusee-7790292976

Femmes, moins nombreuses, plus actives ?

Toute une chacune a pu se faire une opinion sur la représentation des femmes à l’assemblée, dans le ministère.

Voici quelques liens ou extraits à conserver pour marquer éventuellement une nouvelle étape… ou une frustration supplémentaire, selon le point de vue.

France Info : 224 députées mais pas de premier rôle

Marianne : Lire l’article de Thomas Vanpouille, il est original et drôle Il a dressé un vrai bêtisier des bonnes excuses.

« Il y a des choses qui nous échappent dans les couloirs parisiens », regrette Brigitte Bourguignon

 

 

Deux ministres des armées femmes ! Une ministre de la justice ! Pas mal…Une femme au Travail, face à une négociation ultra sensible…Une ministre de l’Egalité qui ne dit pas et ne fait pas que des bêtises, s’agissant de crèches, d’écarts de salaires…

 

Voyons les dans l’action autant qu’en termes statistiques ? Dans les commissions parlementaires où s’effectue le véritable travail de fabrication de la loi.

Voyons les positions qu’elles prendront face à de réels scandales tels que les malfaçons de l’EPR, les pesticides tueurs d’abeilles, les non lieux en vue pour les victimes de l’amiante…mais aussi les programmes scolaires, le logement …

Dites ce que vous en pensez. Plus que jamais votre point de vue compte.

MCC

(Photos @ médias cités)

 

Egalité entre les Femmes et les Hommes…des promesses à l’action ?

Tous les mots comptent. La nouvelle, Marlène Schiappa n’est pas ministre des Droits des Femmes, mais bien secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, chargée de l’Egalité entre les Femmes et les Hommes. Elle dépend directement du chef. Mais dans cet esprit de « dépassement » des clivages, on ne parle plus que d’Egalité. Lire la suite Egalité entre les Femmes et les Hommes…des promesses à l’action ?

Les Médiactuelles prennent date : congrès FemSo octobre à Paris !

Quelle bonne idée !!!

Alors, on en saura plus…ou pas… sur les projets des un-e-s et des autres.

C’est le moment d’agir.

 

communiqué :

Le congrès Femmes solidaires aura lieu du 13 au 15 octobre 2017 à Paris (12ème) Espace Reuilly.

​Notre congrès qui a lieu tous les 4 ans est un moment très important dans notre vie associative (actions menées et à venir, conférences, tables rondes, orientations futures, lien avec les actions internationales…)

Tu es active au sein du comité femmes solidaires de La Teste de Buch, tu souhaites participer à ces journées, merci de confirmer ta participation avant le 20 mai 2017.

Conditions de participation: 

Coût du mandat 95€ (participation au congrès, hébergement collectif et repas) pris en charge par notre comité.
Voyage aller-retour Paris à la charge de chaque participante (un tarif de groupe et des billets Prem’s sont envisagés)

La fédération internationale des journalistes se joint à une coalition contre la violence sexiste au travail

Les syndicats du monde demandent une convention de l’OIT ( organisation internationale du Travail )  pour arrêter la violence sexiste au travail.

Extrait:

Le risque d’être confronté à la violence est souvent plus élevé dans le secteur du journalisme et des médias. Pour les femmes journalistes, la violence et l’intimidation ne surviennent pas que dans les zones de conflit, mais font partie du quotidien.

http://www.ifj.org/nc/fr/news-single-view/backpid/238/article/unions-worldwide-demand-an-ilo-convention-to-stop-gender-based-violence-at-work/

Pour une communication non sexiste

Soyons tendance, adoptons une communication non sexiste :

No more clichés !

Le chantier lancé par la ministre et quelques pionnières avance. Certaines entreprises – de plus en plus nombreuses- n’hésitent pas à consacrer quelques heures à une formation en ce domaine : intérêt de la démarche, vocabulaire, arguments pour convaincre la hiérarchie.
Lire la suite Pour une communication non sexiste

Femmes en politique…après le débat

Après Femmes de pouvoir dans l’entreprise*, Femmes dans la BD *, Femmes victimes de violence et protection du Corps des femmes*, Invisibilité des femmes dans les médias (Initiative IJBA)

Nous avions choisi de débattre du sujet

Femmes en politique : en nous demandant …à quand les premiers rôles ?

Grâce à des intervenantes de grande qualité nous avons pu accéder à l’expérience « vraie » de ces élues. L’origine de leur engagement. le rôle de leur milieu – plutôt déjà sensibilisé- de leurs mentors, père ou leader, de leur cheminement, à travers un parti, un engagement personnel.

Lire la suite Femmes en politique…après le débat