Archives pour la catégorie Societe

Femmes en politique…après le débat

Après Femmes de pouvoir dans l’entreprise*, Femmes dans la BD *, Femmes victimes de violence et protection du Corps des femmes*, Invisibilité des femmes dans les médias (Initiative IJBA)

Nous avions choisi de débattre du sujet

Femmes en politique : en nous demandant …à quand les premiers rôles ?

Grâce à des intervenantes de grande qualité nous avons pu accéder à l’expérience « vraie » de ces élues. L’origine de leur engagement. le rôle de leur milieu – plutôt déjà sensibilisé- de leurs mentors, père ou leader, de leur cheminement, à travers un parti, un engagement personnel.

Lire la suite Femmes en politique…après le débat

Où est la femme ? ( suite et re-suite )

Certes, ça se passe ailleurs, et ça donne des idées.

Au Québec,

Dans le cadre de l’activité Héritières du suffrage de la section du Québec du Réseau des femmes parlementaires du Commonwealth,
une députée a raconté son parcours pour encourager les jeunes femmes à se lancer en politique:

http://www.lautrevoix.com/actualites/politique/2017/2/24/encourager-les-femmes-a-se-politiser-.html

D’autres lancent un appel à la mobilisation des femmes pour la reconstruction d’Haïti. En passant là aussi par la « politisation ».

http://sisyphe.org/spip.php?breve2542

« La mission du Groupe Femmes, Politique et Démocratie est d’éduquer la population en général, et plus particulièrement les femmes, à l’action citoyenne et démocratique. »

Lire la suite Où est la femme ? ( suite et re-suite )

Où sont les femmes ?

Une seule femme – et même pas socialiste- à la primaire organisée à gauche par ce parti ! Qu’arrive-t’il ? Que se passe-t’il ?
MEDIACTUELLES n’a pas pour vocation de faire de la politique partisane, mais là …
Difficile de ne pas embrayer  !

Marie Christiane Courtioux

journaliste (32590)

 

L’association « #JamaisSansElles » propose une explication :

« Les femmes, encore minoritaires en politique, reçoivent d’énormes pressions dans ce monde masculin. Ces derniers ne veulent pas céder leur place à une femme. Alors il faut être combative, presque guerrière ».

C’est bien possible ! Même si nous voulons croire que notre société n’est pas aussi rétrograde que l’image qu’elle offre à l’occasion de cette compétition.

Parmi les candidats, plusieurs d’entre eux n’ont aucun espoir de l’emporter. Ils viennent pour profiter de la tribune, faire – comme on dit- avancer le débat d’idées !  C’est la démocratie.

En quoi le retrait de Mme Lienemann a t’il favorisé le rassemblement ? En quoi aurait-elle gêné le débat et empêché l’émergence d’un choix majoritaire ?

Il est où le problème ? Au parti ? Chez les femmes ?

L’explication de Mme Juliette Méadel ( secrétaire d’Etat du gouvernement actuel) est particulièrement confondante !

« Les femmes s’autocensurent davantage dans les moments difficiles «  Elle était invitée de Territoires d’info sur Public Sénat et Sud Radio.

Alors, une explication un peu plus convaincante ?

Ne serait-ce pas plutôt un vrai problème de fond et d’organisation partisane, comme s’interroge Anne Emery-Dumas, sénatrice de la Nièvre ?

Autocensure, machisme ou vrai problème de fond ?

Où sont passées tout à coup les Martine Aubry, les Ségolène Royal, les Christiane Taubira ?  Trop lucides, trop désabusées ? Et à défaut des baronnes, aucune jeune pétroleuse capable d’affronter un club d’affreux machos et de faire un carton ?

Oui, comme Nathalie Goulet, sénatrice UDI, on croyait -nous aussi- connaître  » plutôt des femmes combattantes que des femmes qui se désistent »

Quelle belle occasion perdue de décrire une France où tout le monde serait sur pied d’égalité. Où on pourrait parler de l’éducation des enfants, de l’école, de l’entreprise, de la vie publique ou domestique, en termes équisexe, comme on dirait ambidextre. C’est à dire avec 100% d’ atouts pour une réussite.

Et donc pourquoi pas Tout Présidents ?

La campagne Tous Présidents

————————————————-

*Il est vrai que les hommes ont suffisamment  de motifs de division sans aller compliquer la situation en invoquant les femmes. Témoin, ce coup de gueule des recalés d’avance.

*Sylvia Pinel  » femme alibi » de la primaire ? ( 20MINUTES)

(Image XX FrancetvInfo)

 

> Lire l’article de Sophie Vandermolen et revoir l’émission sur Public Sénat

https://www.publicsenat.fr/article/politique/primaires-pourquoi-si-peu-de-femmes-51728

Stop aux scènes de viol dans les séries télé ! Sans blague ?

« Ces scènes de viol semblent avoir été écrites pour montrer des femmes nues et vulnérables, pour faire augmenter l’audimat. Dans Game of Thrones, les agressions sexuelles sont érotisées et trop nombreuses. Dès lors, si la violence du rapport pour le personnage est minimisée à l’écran, le spectateur, lui, peut ressentir une autre forme de violence. En niant la gravité du viol, la série fait violence aux victimes d’agressions sexuelles et leurs alliés ».

Selon Terrafemina,

les producteurs de séries télé disent (enfin) non à l’abus de scènes de viols et d’agressions sexuelles, faits pour montrer des femmes nues et ainsi attirer le public !

En effet, une vieille recette les femmes nues !… mais il est vrai qu’à cette échelle et avec ce réalisme ultra trash, il y a de quoi dire STOP !

L’article d’Anaïs Orieul examine la salutaire réaction des « showrunners » *,  et autres producteurs.

VIOL DE SANSA STARK dans Game of Thrones

« Les agressions sexuelles sont une expérience humaine. Cela arrive aux hommes, aux enfants, aux femmes âgées, et c’est un traumatisme pour tout le monde. Alors pourquoi les scénaristes persistent à réserver le viol à de jolies jeunes femmes ? »

Mais on ne voudrait pour rien au monde manquer la version des faits par KONBINI !  » les dessous tordants des scènes de sexe … »
OUPS, le récit d’Emily, c’était bien de l’humour, selon Première

(> Image à la Une)

* Showrunner : merci Alexandre Astier pour l’explication

C’est un véritable homme-orchestre qui a la main mise sur tout le processus de production : de la salle d’écriture, au plateau de tournage, jusqu’au montage final si nécessaire. C’est lui qui insuffle son identité à la série qu’il dirige.

 

Au fait, qu’en est-il des dernières comédies musicales ? Si certain(e)s d’entre vous les ont vues ? Merci d’utiliser l’espace « commentaires »

Et perso: « Sex and the city », c’est pratiquement la bibliothèque rose de notre enfance ! MCC

Cap Philo propose : Remettre l’information au centre de la démocratie

Pour ses 5e RENCONTRES

Cap Philo propose :

Les médias ? Remettre l’information au centre de la Démocratie

Dans la continuité du thème abordé lors de la précédente édition (La Démocratie en crise ?) Cap Philo s’intéresse cette année, à quelques mois d’élections vitales pour notre Démocratie, au rôle des Médias.

La Démocratie ne saurait se concevoir sans des médias libres et indépendants. Ce principe posé ne suffit pas pour répondre aux attentes des citoyens. Certains trouvent que les journalistes n’en disent pas assez, d’autres trop, qu’ils manquent de crédibilité, d’objectivité, qu’ils cherchent à « faire l’opinion publique », bref la critique est acerbe, les exigences nombreuses.flyer cap philo 2016_web (1)-1-1

Jamais l’accès à l’information n’a été aussi facilité avec l’avènement du numérique au point d’échapper aux professionnels et de permettre à tout un chacun d’être « journaliste » à son tour sur la toile. On parle d’information « fast food », l’une chassant l’autre. On vit le direct permanent. La frontière ténue entre l’intime et la vie publique n’existe plus, de même que l’information et la communication politiques se confondent. L’abandon du papier au profit du monde numérique connecté favorise l’immédiateté et prive du recul pour la réflexion.

De ce maelstrom que sortira-t-il ?

La Démocratie sera-t-elle pour autant renforcée, plus vivante, plus forte ? Serons-nous des citoyens mieux informés ?
Le temps d’un Cap Philo, cela vaut la peine que nous nous posions la question.

Cap Philo a choisi des universitaires et spécialistes pour partager avec le public, leurs connaissances du sujet, leurs réflexions, leurs interrogations et échanger et participer à la réflexion collective et enrichir le débat.

Isabelle Veyrat-Masson, Jacques Gerstlé, Monique Canto-Sperber, universitaires reconnus, seront présents ainsi que Marie-Christine Lipani, qui interviendra à double titre durant les deux journées, en tant que représentante du Club des journalistes de Bordeaux et de l’Institut de journalisme de Bordeaux-Aquitaine dont elle est la directrice-adjointe.

Il nous est apparu évident qu’un tel thème ne pouvait être abordé sans la présence et la participation d’un représentant des professionnels de l’information.

Ces débats ont lieu les samedi et dimanche 14 et 15 mai à 17 heures

Place Michel Martin au Cap Ferret

(En cas de mauvais temps, repli salle de la Forestière au Cap Ferret)

Ancrer la parité dans la réalité : la bataille des réseaux féminins

Non seulement la parité Hommes-Femmes n’est plus un tabou, mais elle s’impose dans la débat comme une mode. Des voeux et des lois  aux actes ? Reste un sacré bout de chemin avant de briser le fameux « plafond de verre »… mais ça avance !

@ Témoin cet excellent papier de Marine Forestier dans le journal LE MONDE

http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2016/02/10/la-bataille-des-reseaux-feminins-pour-ancrer-la-parite-dans-la-realite-des-directions-d-entreprise_4862519_1656994.html

 

La féminisation est un facteur de réussite pour l’entreprise, selon une étude du PATERSON INSTITUTE for International Economics

cité dans l’article de Marine Forestier :

http://www.iie.com/publications/interstitial.cfm?ResearchID=2913 ( anglais)

 

LE CADRE DE LA LOI : 

Citées, les lois COPPE-ZIMMERMANN relative à la représentation équilibrée (Légifrance,  version en vigueur le 11 avril 2016) et SAUVADET, sur l’accès à l’emploi titulaire dans la fonction publique,etc. (Id. Légifrance 11 avril 2016)

http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/citoyen/enjeux/citoyennete-democratie/parite-egalite-hommes-femmes-realite.html

 

Le tout à archiver dans votre dossier Femmes, Emploi, égalité !

Le TNS Sofres 2016 est paru : 2017 se jouera-t-elle en 2016 ?

 

TNS Sofres publie L’état de l’opinion 2016 aux éditions du Seuil

2017 se jouera-t-elle en 2016 ?

Extrait :

Attentats, crise des réfugiés, chômage, COP21, tripartition du paysage politique français, montée du Front national, impopularité de l’exécutif, élections au Royaume Uni et en Espagne … de nombreux faits ont marqué et même ébranlé l’opinion durant l’année 2015,en France comme au delà des frontières.

LIRE le COMMUNIQUE

LIRE la présentation sur le SEUIL

Dans cette édition 2016, rendre compte de l’état de l’opinion sur les grands sujets de l’année écoulée s’inscrit surtout dans une démarche de mise en perspective des élections de 2017. Edouard Lecerf et Olivier Duhamel donnent le ton en ouvrant le premier chapitre sur les « dix faits de 2015 qui feront 2017 », tandis que d’autres experts approfondissent certains sujets dans cette perspective électorale 2017 :

Lire le Baromètre politique TNS Sofres février 2016

  • Le terrorisme au cœur de la prochaine élection présidentielle ?
  • A quel niveau une baisse du chômage la candidature de François Hollande devient-elle « crédible » ?
  • « Puissance solitaire » contre « plafond de verre » : le Front national doit-il perdre la première pour briser le second ?
  • Quel rôle doit avoir l’Union Européenne dans la gestion de la crise migratoire ?
  • Alain Juppé : bulle d’opinion ou phénomène durable ?

 

L’édition 2016 nous donne aussi à lire d’autres sujets de société ayant saisi l’opinion tels que :

  • L’avenir du syndicalisme
  • Les démocraties européennes à l’épreuve de la crise
  • Le portrait des adolescents d’aujourd’hui