10-11 mars Femmes solidaires…

Le rendez-vous annuel de Femmes solidaires à La Teste de Buch est devenu un …must ! Eh oui !!!

Bien avant le mot d’ordre général et les  » grandes causes » du siècle …

depuis des années, ( avec le soutien des autorités locales et régionales), un groupe de femmes, sur le Bassin d’Arcachon, accueille les femmes isolées, victimes de violences.

Le week end du 10 et 11 mars sera leur Forum « Femmes créatives » au parc des expos de la Teste de Buch..Il y aura des exposantes, des artistes, artisanes d’art, et des rencontres. En voici le programme…Pas de quoi s’ennuyer.

 

A télécharger et lire en PDF

programme_forum_2018pdf

 

A BIGANOS AUSSI:Affiche et programme – Semaine des femmes à Biganos 2018

Madame la Ministre…nous allons aider les jeunes à préparer l’oral !

Marlène Schiappa va s’attaquer aux inégalités hommes-femmes en matière de formation professionnelle. La secrétaire d’État envisage de sanctionner les organismes qui ne respectent pas la parité.

La secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes était en Gironde ce lundi 19 février.

Son discours musclé et maîtrisé a reçu un accueil favorable à Arcachon et La Teste de Buch. Elle a pu s’entretenir avec les associations engagées dans la dénonciation des violences et l’accueil des victimes et les agents de l’Etat chargés de recueillir leurs plaintes.

Ainsi Femmes solidaires et Solidarité Femmes Bassin dont l’action est ancienne et prouvée sur le terrain, ont eu l’honneur de se voir remettre une médaille par la ministre à l’initiative de la députée de la  8ème circonscription Sophie Panonacle.

 

C’est à cette dernière que nous avons remis ce message !

Nous avons un projet.

Aujourd’hui, lundi 19 février 2018, vous êtes en visite en nouvelle Aquitaine.

Nous souhaitons saisir l’occasion pour vous soumettre ce projet :

Vous montez sur les planches,

nous allons aider les jeunes candidat.e.s bachelier.e.s à se préparer à l’épreuve de l’oral.

Quelles aides ( au déplacement, à l’investissement dans un outil genre micro et caméra…) pourrions-nous espérer ?

Mediactuelles

(association de femmes de médias en Aquitaine pour l’égalité professionnelle, et l’image des femmes sur les écrans)

Image à la Une JDD Sven Andersen

 

La transparence au niveau des salaires : Et pourquoi pas ?..

 

Editorial

…Les « bonnes volontés » ont souvent besoin d’un coup de pouce

 

Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, a promis « un plan dur et concret » en faveur de l’égalité professionnelle entre les sexes.

Toute l’équipe de Médiactuelles, qui reste plus que jamais mobilisée pour promouvoir, défendre et accompagner l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, ne peut que se réjouir d’un tel programme.   Nous attendons avec impatience de connaître les pistes choisies pour mettre fin à de telles situations discriminantes indignes d’une grande démocratie comme la nôtre. Comment, par exemple, l’Etat va t-il s’y prendre pour faire stopper les écarts de salaires encore nombreux (entre 9 et 27% selon les sources), alors qu’il existe déjà de nombreuses lois (et des sanctions)) encadrant ces situations ? Est-ce que notre société est prête, comme en Allemagne, à miser sur la transparence pour faire vraiment bouger les choses ? L’Allemagne, précisons-le, vient de voter une nouvelle loi en faveur de la transparence en termes de rémunération, qui permet aux femmes de connaître le salaire de leurs collègues masculins.

Une chose est sure, le temps des beaux discours ou des promesses des institutions et des entreprises est terminé. Les femmes et les hommes engagé(e)s dans le combat pour l’égalité attendent désormais un réel changement et des actions. A travail égal, il n’y a aucune raison objective pour que les femmes gagnent moins que les hommes. Comme il n’y a aucune raison objective que les femmes n’accèdent pas à toutes les fonctions y compris bien sur les fonctions les plus prestigieuses et les plus hautes[1]. Il faut aussi en finir avec l’idée que les femmes n’aiment pas le pouvoir ou ne vont pas y arriver….

De nombreuses structures, comme la nôtre, questionnement l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Signalons une initiative intéressante parce qu’elle nous concerne directement puisque Médiactuelles réunit, en grande partie, des personnes issues de l’univers de la presse ; celle de de la Conférence Nationale des Métiers du Journalisme (CNMJ) qui organise les 25 et 26 janvier prochains, à Paris, en Sorbonne[2], deux journées d’étude sur le thème « Femmes, hommes, modes d’emplois dans les médias »[3].

Des responsables de rédaction, des représentant (e) s de collectifs ou d’institutions, des chercheuses et des chercheurs interviendront à travers trois temps forts : les représentations des femmes et des hommes dans les médias, recrutements et carrières des journalistes, les formations à l’égalité. Brigitte Grésy du Haut Conseil Supérieur à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes, viendra conclure les travaux.

En attendant de vous retrouver à l’occasion de nos prochaines activités et en vous remerciant par avance de votre soutien et de votre intérêt pour notre action, toute l’équipe de Médiactuelles vous souhaite à toutes et à tous bonheur et réussite pour cette nouvelle année. Nous restons à votre écoute, toujours enthousiaste à l’idée d’accompagner des initiatives permettant de faire reculer toutes les formes de discriminations.

Marie-Christine Lipani

Présidente de Médiactuelles

Maître de conférences-Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine

Université Bordeaux-Montaigne-MICA

 

[1] Le plafond de verre est encore bien présent dans certains secteurs, voir, entre autres, à ce sujet, l’enquête de Titiou Lecop : « Les instances intellectuelles, ces territoires d’exclusion des femmes », publiée le 9 janvier 2018 sur le site de Slate.fr : https://www.slate.fr/sotry/156089/femmes-instances-intellectuelles-enseignement-superieur-parite

 

[2] 54 rue Saint-Jacques

[3] Programme complet et inscription sur le site cnmj.fr

 

Etes-vous « audiodigital-e » ?

Qui écoute quoi, la radio, la musique, les podcasts… et sous quelle forme, sur quel outil ?

“Cette première étude sur l’Audiodigital réalisée avec l’institut CSA est passionnante. Elle nous permet de mettre en avant la réalité des usages des Français autour des contenus audio et d’identifier des profils et des modes de consommation précis. Nous pouvons dès lors nous appuyer sur ces résultats pour proposer des formats de publicité créatifs et plus performants aux annonceurs. L’Audiodigital se singularise pour devenir aujourd’hui un territoire media à part entière qui compte dans le paysage audiovisuel français”, déclare Jean-Pierre Cassaing, Directeur du Pôle Audio d’Havas Group.

En effet, pas besoin de faire de commentaires. C’est pourquoi on vous la livre en brut…(super infographie)

2 Français sur 3 consomment de l’Audiodigital !

Avec infographie à l’appui.

Les contenus audios en ligne ont la cote dans le paysage audiovisuel français. Radio, plateformes de streaming ou podcasts, l’Audiodigital progresse sensiblement dans la consommation media des Français. Et pour preuve, le pôle Audio d’Havas Group (France) et CSA publient aujourd’hui

une étude exclusive menée en septembre dernier auprès de 2 011 personnes de 13 à 64 ans.

L’étude s’intéresse aux habitudes des Français en matière d’audio et met en évidence leur fort intérêt pour ces contenus qui font désormais partie de leur quotidien : 91% en écoutent au moins

2 à 3 fois par mois et 66% des Français de manière digitale.

L’ensemble des moyens d’écoute de contenus audio ont été étudiés : la radio, dans sa consommation « classique » comme dans son écoute via des supports digitaux, les webradios, les plateformes de streaming, mais également les podcasts. Et l’ensemble des équipements ont été

analysés : autoradio, poste radio, mobile, ordinateur, etc.

Les principaux chiffres de l’étude dans une infographie

Cette étude, dont les principaux résultats sont présentés dans l’infographie ci-jointe, permet notamment de palier au déficit de données sur les nouveaux modes de consommation de l’audio

et d’en révéler l’importance.

A retenir :

  • 91% des Français consomment des contenus audio (au moins 2 à 3 fois par mois)
  • 81% écoutent la radio : 79% de manière classique et 38% via Internet
  • 66% consomment de l’audio de manière digitale (streaming, radio sur Internet, webradios,podcasts…)
  • 12% ont des pratiques exclusivement digitalesLes contenus audio et la musique accompagnent les moments du quotidien :
  • 64% écoutent pendant le ménage
  • 54% en cuisinant
  • 41% dans la salle de bain
  • • 37% en faisant du sport

    Les 6 tribus de l’audio en France :

    Havas Media et CSA ont analysé en détail les comportements de 6 groupes de Français, selon les contenus et les modes de consommation utilisés. Une typologie des usages et pratiques audio

    émerge autour de 6 profils :

    • Les Radio Ga Ga (32%) : proches de la moyenne des Français en termes d’équipements et d’usages, la radio et la TV demeurent leurs principaux modes d’accès à la musique au quotidien.
    • Les Neo Radio Digital (21%) : des citadins de moins de 35 ans qui ne peuvent se passer de musique au quotidien, notamment en streaming avec leur smartphone.
    • Les Radiostatic (20%) : plutôt âgés et en retrait vis-à-vis de la musique, ils écoutent essentiellement la radio de manière passive (en voiture ou chez eux sur un poste de radio).
    • Les Audio Addict (10%) : des personnes ayant moins de 35 ans multi-équipées et toujours connectées qui écoutent de la musique et des contenus audio via de multiples moyens digitaux.
    • Les Enjoy the Silence (9%) : des individus souvent inactifs, très peu équipés et très peu sensibles à la musique ou à tout autre contenu audio.
    • Les Audiodigital Native (8%) : des lycéens / étudiants très digitaux, qui écoutent de la musique en streaming sur leur smartphone, partout et tout le temps.

    “Cette première étude sur l’Audiodigital réalisée avec l’institut CSA est passionnante. Elle nous permet de mettre en avant la réalité des usages des Français autour des contenus audio et d’identifier des profils et des modes de consommation précis. Nous pouvons dès lors nous appuyer sur ces résultats pour proposer des formats de publicité créatifs et plus performants aux annonceurs. L’Audiodigital se singularise pour devenir aujourd’hui un territoire media à part entière qui compte dans le paysage audiovisuel français”, déclare Jean-Pierre Cassaing, Directeur du Pôle Audio d’Havas Group.

    À propos d’Havas Group

    Havas est l’un des plus grands groupes de communication du monde. Créé à Paris en 1835, le Groupe emploie aujourd’hui

    20 000 personnes dans plus de 100 pays. Havas Group se veut être le Groupe de communication le plus avancé dans la mise en relation des marques et des consommateurs via la créativité, l’expertise média et l’innovation. Havas est également le Groupe le plus intégré du secteur : son modèle fondé sur les Havas Villages où sont regroupés dans les mêmes locaux la plupart des équipes créatives et médias est au coeur de la stratégie Together. Il favorise les synergies pour les clients et permet de mieux répondre à leurs besoins.

    De plus amples informations sur le Groupe Havas sont disponibles sur le site Web de la société: http://www.havasgroup.com

    A propos de CSA

    Institut de référence des études marketing et d’opinion depuis 40 ans, CSA apporte aux entreprises et institutions une compréhension fine des comportements des consommateurs pour appréhender leurs besoins, analyser leurs environnements, anticiper leurs évolutions et identifier les leviers d’engagement au profit d’une prise de décision éclairée. Multi-secteur, résolument tourné vers le croisement de la data sous toutes ses formes, CSA s’est spécialisé sur l’appréhension de l’expérience utilisateur, le forecasting et l’évaluation d’actions de communication. CSA, Consumer Science & Analytics, fait partie du groupe Havas depuis octobre 2015.

    https://www.csa.eu/fr/home

Impunité zéro: nos consoeurs publient

 

Violences sexuelles en temps de guerre, l’enquête inédite !

Un travail collectif sur les violences sexuelles en temps de guerre

Avec l’accord de l’auteur et du Club de la presse de Bordeaux, Nous relayons ce compte rendu de la présentation de l’ouvrage collectif de nos consoeurs. Travail d’enquête auquel ont participé Ariane Puccini et Cécile Andzjeweski, promotion IJBA 2013.

 

 

Violences sexuelles : enquêtes sur les chemins de l’impunité

Deux des membres du collectif, Ariane Puccini et Cécile Andzjeweski (à droite), ont enquêté sur les mécanismes de l’impunité. (Photo club de la presse de Bordeaux)

 

Par Richard Hecht, secrétaire général du Club de la Presse de Bordeaux

« Impunité zéro » est le titre d’une campagne de sensibilisation contre les violences sexuelles en temps de guerre à partir de témoignages recueillis par une équipe de femmes journalistes. Un livre, des pétitions et un film d’animation bientôt déclinent cette mobilisation originale.

La guerre n’est jamais propre mais certaines armes laissent des blessures profondes dans les corps et dans l’âme des victimes contre lesquelles elles ont été tournées. Parmi celles-ci, les violences sexuelles commises en temps de guerre, restent parmi les plus pratiquées sur les champs de bataille. Pour traiter ce sujet et en faire un sujet de société sous le slogan-titre « Impunity zéro » (Impunité zéro), a_BAHN, une jeune société basée au Luxembourg qui associe le documentaire de création, du cinéma d’auteur, du nouveau média, de la réalité virtuelle, s’est tourné vers le collectif de journalistes pigistes indépendants Youpress.


Neuf jeunes femmes journalistes et  deux stagiaires ont relevé le défi en participant à cette œuvre collective, dont Ariane Puccini, membre du pôle pigistes du Club de la presse de Bordeaux et Cécile Andzjeweski, ancienne étudiante de l’IJBA Bordeaux-Aquitaine. Leur chantier : « raconter les mécanismes de l’impunité à travers des conflits contemporains et les violences d’État. » Dans cette forme de journalisme activiste ou alternatif, version XXI e siècle, le point de vue adopté par a_BAHN   pour « Impunité zéro »a été  de partir, explique Ariane Puccini  » d’une violence presque admise, toujours d’actualité, avec des moyens  pour la punir mais avec des réponses qui ne viennent pas ».

Six grandes enquêtes comme base de départ

Impunité  zéro se décline sur plusieurs supports à partir de six grandes enquêtes d’investigation menées sur ou près de zones de conflits (Ukraine, en Syrie, aux États-Unis, en  Centre Afrique et en France) et au sein de grandes institutions (ONU, Cour pénale internationale, CPI).

Réalisés à partir de documents, de témoignages recueillis auprès de victimes encore traumatisées et de lanceurs d’alerte, les articles furent publiés tout au long de 2017  par Médiapart et une douzaine de publications internationales (en allemand, espagnol, italien, néerlandais, anglais, arabe). Ces enquêtes ont servi à lancer trois campagnes de pétition via Change.org  (400 000 signatures, pour dénoncer les violences sexuelles sur des mineurs, contre celles exercées en Afghanistan et en Irak par des soldats américains, pour une meilleure formation des soldats français en Centre Afrique après l’opération Sandaris et les accusations de viols sur des enfants).
Ces pétitions furent à la base d’une manifestation virtuelle (une marche interactive en 3D) à partir des signatures. Pour la projeter,  les murs du ministère de la Défense, ceux de l’ONU, en Ukraine) avaient été retenus.
Dernier volet de l’opération Zéro Impunité : un film d’animation documentaire de 70 minutes à venir, réalisé par Mélusine Productions, pour mieux dénoncer une justice internationale sclérosée, partie notamment traitée par Ariane Puccini auprès d’anciens responsables de la CPI. L’ancien vice-président congolais  Jean-Pierre Bemba Gombo a été déclaré coupable en mars 2016 de deux chefs de crimes contre l’humanité (meurtre et viol) et de trois chefs de crimes de guerre (meurtre, viol et pillage). Ces crimes ont été commis en République centrafricaine en 2002-2003 par des hommes du Mouvement de Libération du Congo (MLC). La CPI, depuis sa création en 2002 a prononcé sa première condamnation qu’en 2012, regrette la Bordelaise or poursuit-elle « quand le pays ne veut pas condamner les violences sexuelles, la CPI peut. »

Paroles discréditées, enfouies, viols considérés comme des actes au service de la nation (Ukraine)…Cécile Andzjeweski témoigne. Elles sont allées au plus près : en Jordanie, en Turquie pour rencontrer victimes et bourreaux. Ce furent des moments éprouvants, enrichissants, dit-elle, une aventure collective distinguée par des prix (Bayeux Calvados, Fipa d’or en 2017) , avec pour l’instant peu de traduction dans les faits : une audience au ministère de la Défense en France, un projet de loi abordé à la rentrée en Ukraine.

« Impunité zéro, violences sexuelles en temps de guerre, l’enquête ». Éditions Autrement. 17,90€.

Femmes en première ligne (1)

ANNONCE / A chacun ses mots clés

####Femmes, égalité, solidarité, développement !

Aujourd’hui, en 2017, nous pouvons encore nous poser la question :

Femmes victimes ? ou moteurs des sociétés ? Où en est le féminisme ?

 

« Quand des femmes sont élues à des postes politiques, les politiques sont plus variées et sensibles à la dimension du genre. La santé, l’éducation et le bien-être social s’améliorent, des progrès sont visibles en termes de gouvernance et de lutte contre la corruption », a déclaré le commissaire. (Emancipation)

Cette question est de pleine actualité. Ici même, en France, où La déclaration des droits de l’homme…(et de la femme…dans le souvenir de la militante Olympe de Gouges)… constitue la règle du jeu en vigueur dans cette république laïque, la question n’est pas réglée pour autant. (Que dire alors de régimes politiques où la notion même de démocratie est étrangère !)

Prochainement ici,

le texte servant d’appui à une intervention lors des Rencontres des solidarités

A Arcachon, au Tir au Vol

ce samedi 18 novembre à 15 heures

Il sera question de:

1 / l’Actualité / Femen/ Femmes migrantes au Forum Crans Montana / Question des droits à la COP 23

2/ Portraits de femmes de combat / Malala/ Femmes de Tunisie…et bien d’autres

3/ de Statistiques / Les chiffres pour résumer la situation en France, en Europe, Dans le monde

 

French President Emmanuel Macron (C) and Paris Mayor Anne Hidalgo attend a minute of silence after they laid a wreath of flowers in front of a commemorative plaque next to the « A La Bonne Biere » cafe and the Rue de la Fontaine au Roi street, in Paris, France, November 13, 2017, during a ceremony held for the victims of the Paris attacks which targeted the Bataclan concert hall as well as a series of bars and killed 130 people. REUTERS/Philippe Wojazer

4/ Des questions en suspens… voire en recul

IVG et Violences sexuelles

5/ Ou en est le mouvement féministe ? ou plutôt…les féministes ?

Les laïques, les décoloniales, et les autres

6/ Les raisons d’espérer

ONU / ONG / Associations de solidarité grandes et petites.

Conclusion:

L’accès des femmes au pouvoir ( éducation, promotion, égalité)  est une des conditions du développement et de la paix.

Aucune femme n’avorte de gaité de coeur. Aucune femme n’envoie son enfant à la guerre avec plaisir. Le viol n’est pas un divertissement sexuel, c’est un acte de domination inadmisssible.

Vous lirez la suite prochainement …Ici même.

 

 

 

Paris Polar…Femmes face au crime !

belle idée, beau sijet…

 

Voir le programme

Paris Polar 2017

 

Quelques références:

https://www.babelio.com/liste/2843/Les-reines-du-polar-dans-le-monde

Quai du polar. La femme est-elle l’avenir du roman noir ?

http://www.lci.fr/livre/quais-du-polar-la-femme-est-elle-lavenir-du-roman-noir-1507342.html

https://www.lexpress.fr/culture/livre/quand-les-romans-noirs-donnent-la-vedette-aux-femmes_1807289.html